Le Central CID a commencé une enquête sur un rassemblement illégal tenu samedi dernier dans la capitale, avec comme toile de fond le non-renouvellement du permis de travail du maulana Chaykh Khaled, recteur de la mosquée Al-Aqsa. Ce dernier, ainsi que les imams Qari Mansoor et Adil Bholah, ont été interrogés au Central CID dans la journée. Toutefois, ils ont été autorisés à rentrer chez eux sans être davantage inquiétés à ce stade.
Selon les recoupements d’informations du Mauricien, la convocation de ces trois religieux aux Casernes centrales fait suite à un rassemblement qui s’est tenu samedi devant la mosquée Al-Aqsa dans un élan de solidarité envers le maulana Chaykh Khaled, qui serait menacé d’expulsion du territoire. Chaykh Khaled, dont le permis de travail n’avait pas été renouvelé, avait été invité par le vice-Premier ministre Showkutally Soodhun à quitter le territoire mauricien. Vers 13 h 30 hier, il s’est présenté au Central CID en compagnie de son homme de loi, Me Deepak Rutnah, suite à une convocation formelle. Après avoir été soumis à feu roulant de questions pendant un peu plus de quatre heures, le religieux a été autorisé à rentrer chez lui.
Dans une déclaration à la presse, le maulana Chaykh Khaled a fait comprendre qu’à aucun moment il n’a participé à cette manifestation, faisant ressortir qu’il n’est qu’une « victime dans cette affaire ». Selon nos informations, il aurait déjà enclenché les procédures pour son départ de l’île très prochainement. Les imams Qari Mansoor et Adil Bholah ont aussi été entendus sur le rassemblement de samedi dernier. Ils auraient affirmé qu’ils n’étaient pas présents à cette manifestation, car se trouvant à l’intérieur de la mosquée au moment des faits. Après ce passage au QG du Central CID, ils ont également été autorisés à regagner leur domicile. Les sources approchées soutiennent que le CCID serait en présence des noms de ceux ayant participé à ce rassemblement et devrait les convoquer bientôt pour une audition. L’enquête se poursuit.