L’ancien Attorney General Yatin Varma, remis de ses émotions récentes, accompagné de son panel d’hommes de loi, dont Mes Yousuf Mohamed, Senior Counsel, Gavin Glover et Sanjay Bhuckory, subit depuis la mi-journée un interrogatoire Under Warning au QG du Central CID dans le cadre du VarmaGate. Inculpé provisoirement du délit d’entrave à la justice, il devra consigner sa version des faits autour des dessous des tractations avec des membres de la famille Jeannot, dont le père Mario Jeannot, en vue de mettre un terme à l’enquête policière sur un cas d’agression physique contre paiement d’une somme d’argent à la victime, Florent Jeannot. L’un des aspects cruciaux devrait tourner autour des différents appels téléphoniques échangés par Yatin Varma tout au long de ces négociations entre au moins le 19 mai et le samedi 15 juin. De son côté, le président de la Mauritius Ports Authority (MPA) et du PMSD, Maurice Allet, a bénéficié d’un sursis à son poste officiel avec le renvoi des débats sur la motion déposée par ses hommes de loi, Mes Antoine Domingue et Nanda Kistnen, en vue de rayer la charge provisoire logée contre lui.
Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien indiquent que l’audition formelle de Yatin Varma par les limiers du Central CID pourrait s’échelonner sur plusieurs séances compte tenu des différents aspects de cette affaire découlant d’un accident de la route entre deux voitures dans la région de Sodnac le samedi 4 mai dernier. Le début de l’interrogatoire de l’ancien Attorney General devra permettre aux enquêteurs d’établir de manière formelle le nombre d’intermédiaires impliqués dans les contacts avec des membres de la famille Jeannot.
À ce stade, le Central CID est déjà en présence de deux séries de tractations menées par Maurice Allet et l’ancien Private Parliamentary Secretary Reza Issack. Dans les deux cas, ces derniers soutiennent qu’ils ont été mêlés à cette affaire à la suite de demandes formulées par Yatin Varma en personne sollicitant leur concours pour régler le différend avec les Jeannot.
Au niveau des contacts, la zone d’ombre qui attend d’être élucidée concerne le rôle confié à l’ancien surintendant de police et ex-patron de la Major Crime Investigation Team, Bala Kamatchi. Jusqu’ici, le nom de cet ancien haut gradé de la police a été mentionné lors de leurs auditions à la police par Mario Jeannot et ensuite par Maurice Allet.
Dans la chronologie logique des événements, la médiation de Bala Kamatchi serait intervenue au tout début de ces tractations, soit bien avant le 19 mai, jour du premier contact au téléphone de Maurice Allet avec Mario Jeannot, le père de la victime de l’agression aux mains des membres de la famille Varma. Yatin Varma devra confirmer officiellement à la police si les services de cet ancien surintendant avaient été embrigadés par lui et si oui sous quelles conditions.
Modalités du règlement
Les faits avérés par Mario Jeannot et Maurice Allet tendent à confirmer que la question de versement d’une compensation par l’ex-Attorney General aurait pu être évoquée bien avant le contact Allet/Jeannot à partir du 19. À un certain moment, le président du PMSD devait déclarer aux policiers que Mario Jeannot lui aurait fait comprendre qu’il n’était nullement question d’avoir de nouveau recours à la médiation de Bala Kamatchi car « li pe rode so part dans compensation ».
Aux explications de Yatin Varma sur l’étape Kamatchi, le Central CID pourrait complémenter le dossier avec un relevé systématique des mémoires des téléphones cellulaires utilisés par l’ancien Attorney General à cette époque. Ainsi, la police obtiendra confirmation de tout contact entre Yatin Varma et Bala Kamatchi après le samedi 4 mai.
Les appels téléphoniques faits et reçus des téléphones portables de Yatin Varma revêtiront également toute leur importance lors de la partie de l’interrogatoire à partir du 20 mai dernier. C’est suite à un appel de Maurice Allet ce jour-là que Yatin Varma a effectué le déplacement de son bureau d’Attorney General pour venir rencontrer Mario Jeannot à la MPA.
L’ancien Attorney General sera également confronté à la version de Mario Jeannot à l’effet que pour la première fois, Yatin Varma avait proposé le versement d’une compensation en vue de régler cette affaire. Il devra aussi confirmer si après cette première rencontre avec le père de la victime, il avait relancé Maurice Allet pour une nouvelle rencontre à son bureau d’Attorney General en vue de discuter des modalités du règlement devant se faire après le 3 juin, sur les conseils de son “pandit”.
Mais l’appel téléphonique le plus déterminant entre Maurice Allet et Yatin Varma serait intervenu le 27 mai lors d’une rencontre entre les Jeannot, père et fils, et Maurice Allet, dans l’enceinte de l’écurie Allet au Mauritius Turf Club. Cet échange téléphonique avait pour objectif de mettre en place les derniers détails.
« Deal pou fer »
Lors de cette conversation au téléphone, Maurice Allet aurait dit à Yatin Varma : « Mo inn dir li (Mario Jeannot) tou seki tonn inn dir moi gramatin. Monn inn eksplik li enn timin akoz la presse. Monn koz Siddartha. Li konn Siddartha ek li inn dir mwa li ti a kontan to fer Siddartha liaise ar li pou sa bann zafer la. Troisièmement mo finn koz lor que le deal est OK. Ki nou pa pe sanzé, sel soz, est-ce qu’on peut revoir le chiffre. To konpran. Li dir moi lor 1,5. Le papa est avec moi. Il veut causer un coup avec toi ».
Mais pour des raisons inconnues, Yatin Varma et Mario Jeannot n’avaient pu se parler au téléphone de Maurice Allet ce jour-là. Mais nouvel appel téléphonique de Yatin Varma à Maurice Allet à peine cinq minutes après. Le fils Florent Jeannot a déjà quitté l’enceinte de l’écurie Allet pour ses cours universitaire. Le président de la MPA fait comprendre au téléphone à Yatin Varma que « papa la ankor devant moi. Zot inn tonb dakor ki deal pou fer. Parol c’est parol. Pou respekte ki deal là est là ».
Par la suite, Mario Jeannot prendra le relais pour converser avec Yatin Varma au sujet de cette même affaire. La confrontation de Yatin Varma à ces preuves pourrait marquer un tournant dans cette enquête du Central CID quant aux négociations sur une compensation contre le retrait des accusations d’agression.
De son côté, Yatin Varma rejette les accusations portées contre lui dans cette affaire et s’évertue à accréditer la thèse que la question de paiement n’émane nullement de lui.
D’autre part, Maurice Allet semble avoir bénéficié d’un sursis pour le poste de président de la MPA. En effet, Me Denis Mootoo du State Law Office a objecté formellement à la motion déposée par les hommes de loi de Maurice Allet réclamant que l’inculpation provisoire soit rayée.
Par conséquent, les débats sur la motion ont été reportés au 6 août par le magistrat Prithviraj Balluck. Me Nanda Kistnen, dont les services ont été retenus par Maurice Allet, a informé la Cour que le Leading Counsel, Me Antoine Domingue, souffrant, se trouve actuellement en traitement à l’étranger. Avec ce renvoi, il semblerait que Maurice Allet continuera à occuper ses fonctions alors que pour la même inculpation provisoire Yatin Varma et Reza Issack ont démissionné de leurs postes au sein du gouvernement, à moins d’un revirement de la part du Prime Minister’s Office…