Le président de l’Association des citoyens de l’ouest et du sud (ACOS) Jean-Noël Sandian s’est interrogé sur les circonstances de l’octroi du contrat pour le service de voirie pour la région de l’ouest par le Central Procurement Board (CPB). Il réclame davantage de transparence de la part du CPB dans les exercices d’allocation de contrat.
D’emblée, le président de l’Association des citoyens de l’ouest et du sud (ACOS) Jean-Noël Sandian s’est étonné que ce sont les firmes Maxi Clean Co Ltd (qui a coûté Rs 106 449 750 pour le Lot 1) et Atics Ltd (Rs 93 150 000 pour le Lot 2) qui ont obtenu le contrat au détriment de la firme Securiclean, qui avait fait l’offre la plus basse, Rs 76 139 982 pour le Lot 1 et Rs 69 390 003 pour le Lot 2. Il réclame davantage de transparence de la part du CPB dans les exercices d’allocation de contrat.
« Selon les renseignements à notre disposition, l’offre de Maxiclean est plus chère de Rs 30 309 768 et celle d’Atics de Rs 23 759 997. Sur quels critères les membres du CPB se sont-ils basés pour accorder ce contrat aux deux firmes qui ont fait les offres les plus élevées ? » s’est-il demandé dans une déclaration au Mauricien.
Jean-Noël Sandian s’est dit étonné que ces contrats aient été alloués à une hauteur excédentaire totale de Rs 54 069 765 (Rs 30 309 768 + Rs 23 759 997), somme supplémentaire que le Conseil de District de Rivière-Noire devrait débourser. « Avek Rs 54 millions, kombien dimounn inoperab a Moris ki kapav envoy deor pou fer zot soigne ? Ou kombien lakaz ki kapav konstrwuir pou bann dimounn ki bizin lakaz ? » s’est-il demandé. « Eski se pa enn gazpiyaz kas ki finn fer ? »
Le président de l’ACOS se dit d’autant plus remonté contre l’octroi de ces contrats à Maxi Clean Co Ltd et Atics Ltd que la firme Securiclean a menacé d’avoir recours à une compression de son personnel faute d’avoir obtenu ces contrats. Il a précisé qu’une centaine d’employés de Securiclean – « ki abit la rezion de l’ouest » – sont menacés de licenciement à courte échéance. « Eski li normal ki enn firm kuma Securiclean ki enn pionie ek an profesyonel ki finn fer so prev dan le sekter ramasaz dordir depi de zane, ek en pli ki finn fer lofre le pli ba, pa gagne kontra-la pou la 5e fwa ? » s’est-il demandé. « Sak fwa se bann kompagni ki zot tender pli fort par plizier milion de roupi ki pe contigne gagne kontra. Eski ena kiken ki kapav explik nou kifer ? »
Jean-Noël Sandian estime que la loi régissant le CPB devrait être amendée afin que davantage de lumière puisse être jetée sur tout le processus d’allocation de contrats et sur les critères qui déterminent le choix final. « Nou felicite gouvernma Lepep ki finn ena le kouraz met dibout enn minister de la Bonn Gouvernans. Bonn gouvernans vedi transprans. Nou pa pe mett en dout lintegrite bann mam CPB, me mo krwar ki finn ler ki sanz la lwa pou ki zot kapav fer piblik kone lor ki kriter zot fer zot swa ! Parski ziska ler nou pa konpran ki bann kriter zot finn swazir pou aret zot swa », a-t-il insisté.
Notre interlocuteur s’élève également contre la pratique d’octroyer un contrat « avec un certificat d’urgence » au soumissionnaire vainqueur alors que le perdant a fait appel à l’Independent Review Panel (IRP). « La Seksyon 45 de Public Procurement Act bizin amande. Li otoriz evok enn urgence pou donn kontra enn lot firme alors qui case pe revoir par IRP », a-t-il indiqué.
Le président de l’ACOS précise que sa démarche se situe dans le cadre de la mission de son Ong de militer pour le progrès, le développement et l’avancement des habitants des régions de l’ouest et du sud de Maurice. « Rivière-Noire ek Savanne se de rezion ki kompletma neglize par bann otorite. Aster se bann dimounn ki abit sa rezion-la ti pe penalize ek pe perdi plas kan zot lantrepriz kot zot travay pa gagne kontra ! » a-t-il expliqué.