Le Kolektif Pou Lenerzi Renuvlab réagit aux « plans éventuels » d’Alteo Ltd d’avoir recours au charbon pour sa centrale de Beau-Champ. Il rappelle que le rapport de la National Energy Commission suggère « l’utilisation durable de la biomasse » comme alternative au charbon et invite les sucriers à honorer leurs engagements devant la commission à ce sujet.
« Pourquoi ne pas avoir attendu 2015 pour centraliser les opérations de Deep River Beau Champ (DRBC) et de FUEL si cela allait compromettre les engagements de la compagnie auprès du Central Electricity Board ? » se demande le Kolektif Pou Lenerzi Renuvlab (KLR), qui réagit aux « projets » du groupe Alteo « d’avoir recours au charbon pour faire fonctionner la centrale de DRBC ».
Selon le porte-parole, Michel Chiffone, il fallait se préparer à la « pénurie de bagasse » qu’allait occasionner cette réorganisation. Toujours est-il, rappelle le KLR, que le charbon n’est pas la seule alternative pour faire face à la situation. « Il y a d’autres alternatives, telles la biomasse. Outre la bagasse des cannes à sucre, il existe en effet d’autres types de plantes cultivables à grande échelle et aptes à produire de l’électricité. Si Alteo opte pour le charbon, il démontrera qu’il refuse d’être une entreprise citoyenne et qu’il préfère les solutions de facilité. »
Michel Chiffone relève également que le rapport de la NEC, disponible sur le site du ministère de l’Environnement, mentionne « les intentions annoncées par les Independant Power Producers au sujet de la biomasse et du charbon ».
Le collectif souligne que le rapport de la commission met également l’accent sur un deuxième aspect de l’utilisation de la biomasse : « Son éventuelle exploitation ne doit pas se faire au préjudice des petits planteurs, comme c’est actuellement le cas avec la bagasse. »
KLR fait enfin ressortir que l’utilisation des terres pour la biomasse ne devrait pas mettre en péril « les besoins en production alimentaire et la préservation de la biodiversité ».