Le Kolektif pou Lenerzi Renouvlab (KLR) réclame des précisions au ministère des Collectivités locales concernant le taux de mercure dans les résidus de charbon à Beau-Champ. Une lettre en ce sens a été déposée à ce ministère ce matin. Elle fait suite à une correspondance des Collectivités locales faisant état d’un taux de mercure supérieur aux normes en vigueur. KLR veut savoir quelles seront les mesures prises.
KLR rappelle au ministère des Collectivités locales qu’un « rapport adressé à Consolidated Energy Co Ltd le 28 mai 2013, concernant la gestion des cendres, fait mention d’un taux de mercure supérieur à la norme ». La lettre – signée Michel Chiffonne, Yan Hookoomsing, Karim Jaufeerally et Aichah Soogree – a été soumise au Permanent Secretary de ce ministère ce matin. Le collectif relève en effet qu’un échantillon provenant de la centrale de Beau-Champ « showed the amount of mercury leached out of one sample of bottom coal ash at 0.18µg/kg compared to the threshold limit of 0.0030µg/kg acceptable for Inert Waste for Interim Waste Acceptance Criteria ».
Ce qui signifie, fait encore ressortir KLR, que « the mercury leached out exceeds by 60 times the threshold limit ». En contrepartie, le collectif demande des précisions au ministère concerné sur les dates et les endroits précis où ces échantillons ont été prélevés.
Un relevé des tests de la centrale thermique depuis son entrée en opération, en 1997, est aussi réclamé. Le collectif veut également connaître les méthodes utilisées par ce ministère pour faire des tests dans les endroits où les résidus de charbon sont déposés. De même, il veut savoir si le ministère s’est assuré que ces endroits se trouvent à au moins 200 mètres des “boreholes” et autres sources d’eau.
KLR estime que de telles précisions sont nécessaires car la compagnie a fait une demande pour un EIA licence afin d’opérer une centrale à 100% charbon de juin 2014 à juillet 2015. Ces relevés à Beau-Champ « amènent aussi à se poser des questions sur la situation concernant les autres IPPs dans l’île ».
KLR multiplie par ailleurs les démarches pour soutenir sa stratégie de contestation d’une centrale 100% charbon à Beau-Champ. Après avoir signifié son opposition à un EIA licence il y a deux semaines, le collectif a également écrit au président de la commission Maurice Île Durable pour attirer son attention sur la baisse de l’utilisation des énergies renouvelables dans le pays. « Alors que la vision du gouvernement est d’atteindre les 35% en matière d’utilisation d’énergies renouvelables, dans le concret, on ne voit aucun progrès. Bien au contraire », ajoute Michel Chiffonne.