Maurice pollue plus que jamais selon les récents rapports. Le Centre For Alternative Research and Studies (CARES) tiendra quatre sessions de cours en écologie pendant les mois d’août et de septembre pour étudier les options vertes à disposition. D’autant que les risques de catastrophes naturelles croissent.
Maurice se classe treizième parmi les pays ayant le plus haut risque de catastrophes naturelles et septième parmi les plus vulnérables aux changements climatiques, selon le Risk Report 2015. Face à l’importance de reconsidérer notre approche envers le développement, CARES animera une école d’écologie destinée aux jeunes de 18 à 35 ans pendant les mois d’août et de septembre. “Les générations à venir auront à affronter beaucoup plus d’intempéries environnementales. Nous nous devons de les conscientiser sur le fait que le monde dont ils hériteront se construit maintenant”, affirme Stephan Gua de CARES. Les sessions, qui auront lieu à Plaine-Magnien et à Moka, visent à permettre d’analyser la situation environnementale sur le plan international et local. Seront dans cette optique étudiées des alternatives devant être instituées pour arriver à un changement même du système global. “Si le modèle du développement économique nous a amenés ici, nous ne pouvons reproduire les mêmes erreurs”, souligne notre interlocuteur.