À l’initiative du Centre culturel chinois (CCC) en collaboration avec le ministère des Arts et de la Culture, a eu lieu dimanche, au CCC, le vernissage d’une exposition sur le patrimoine culturel de Chengdu, capitale de la province de Sichuan, en Chine. Le public a pu également avoir un aperçu de ses merveilles culinaires.
Une des huit grandes cuisines régionales de Chine, la cuisine de Sichuan est très variée. Elle est constituée d’un savant mélange de couleurs, d’arômes et d’éléments nutritifs. Elle est à la fois nourrissante et délicieuse. Outre la cuisine de Sichuan, l’expo présente aussi l’un des quatre styles de broderie prédominants en Chine, vieux de plus de 3 000 ans. Comparables au pinceau et à l’encre pour la peinture, l’aiguille et le fil permettent de reproduire des motifs botaniques et animaliers palpitants de vie, des personnages particulièrement vivants ainsi que des paysages spectaculaires. Cette broderie traditionnelle est intitulée “la perle artistique de l’Orient” pour sa finesse et sa délicatesse.
Le thé de Sichuan est un autre élément clé du patrimoine culturel de cette province chinoise. La production du thé dans cette région remonterait à 403-221 av. J.-C.. Durant la période s’étendant des Han occidentaux (202 av. J.-C.) à l’époque des Trois Royaumes (220-280), la région de Chengdu est devenue non seulement le centre de la consommation du thé en Chine, mais également la principale plaque tournante du commerce de ce produit. De surcroît, la Route de la soie au Sud ainsi que l’ancienne Route du thé et des chevaux trouvent leur origine dans la Plaine de Chengdu. Les rituels associés à l’art du thé permettent aux spectateurs de découvrir un esprit oriental basé sur « la quiétude et le détachement ».