Viloshni et son frère, admis au centre de quarantaine de Souillac depuis lundi, 16 mars, après un voyage en Italie, déplorent toujours les conditions dans lesquelles ils sont maintenues.

Pour rappel, le mercredi 18 mars, Viloshni et son frère n’ont pas passé la nuit dans la salle dédiée à leur quarantaine mais sur un sofa dans un couloir du centre. Ils n’avaient pas voulu prendre de risque en restant dans la même salle que trois personnes âgées malades, amenés dans la journée d’hier dans le centre de quarantaine de Souillac.

Viloshni et son frère ont finalement pu être transférés dans une nouvelle salle.

Ils déplorent une nouvelle fois le manque de considération du médecin traitant. « Il n’est pas intéressé à nous écouter », explique notre interlocutrice, âgée de 20 ans.

Une de leurs inquiétudes reste que les patients ne sont pas autorisés à ouvrir les fenêtres du centre. « Nous avons uniquement l’air conditionnée. Si je suis en bonne santé alors pourquoi ne pas nous permettre d’ouvrir une fenêtre afin d’avoir de l’air frais? », se demande-t-elle.

Elle ajoute de plus que les patients n’ont « qu’un litre d’eau par jour par personne ».

« Nous sommes limités dans nos déplacements. On nous oblige à porter des masque en permanence alors que nous nous sentons en bonne santé. Nous utilisons tous une seule salle-de-bains et toilettes. Nous avons trois repas par jour », dit-elle.

Viloshni et son frère ainsi que plusieurs autres personnes, qui ont été négatifs au coronavirus, ont été transférés cet-après midi au centre de Quatre-Soeurs. D’autres patients, potentiellement positifs, ont être admis dans le centre de quarantaine de Souillac.