La vie du Père Laval est un spectacle sur le parcours du Bienheureux. La peur, la souffrance, la tristesse, l’espoir, la délivrance et la joie sont les sentiments évoqués dans la représentation musicale que donnera le Centre Ming Tek, les 6 et 7 septembre au centre Indira Gandhi, à Phoenix, dans le cadre du 150e anniversaire de la mort du Père Laval. Au Centre Ming Tek, dimanche dernier, Annie Wong Kam Lan, professeur et chorégraphe de l’école de danse Ming Tek, Sally Leung et Marie-Josée Chia, membres du comité de parents, nous parlaient de ce projet, qui avait été présenté pour la première fois en 2010, pendant que les acteurs et figurants se préparaient pour la première répétition en costumes.
Il est 13h30 et tout le monde s’active pour entamer la grande répétition en one shot. La grande salle du Centre Ming Tek, à Port-Louis, est bondée. Des parents et connaissances de l’école de danse se sont déplacés pour prêter main forte aux professeurs, afin que les acteurs et figurants soient prêts pour cette première répétition en costumes. Coiffure, maquillage et habillage font partie du programme avant de se mettre sur scène. Annie Wong Kam Lan, la tête pensante du spectacle de danse La vie du Père Laval, sillonne toute la salle et celles d’à côté, qui sont également occupées par des participants, afin de s’assurer que tout se déroule dans l’ordre. La chorégraphe et professeur de danse se dit toutefois confiante, car ils répètent le spectacle tous les samedis et dimanches depuis le mois d’avril. “J’ai traversé l’étape où je piquais des crises de nerf, m’emportais et perdais patience. Je me laissais aussi gagner par le stress. Les participants se montrent plus obéissants et disciplinés. De ce fait ils maîtrisent plus facilement les danses et le scénario du spectacle”, explique Annie Wong Kam Lan.