Depuis plusieurs semaines, la direction de Danielle Turner au Centre Culturel Nelson Mandela ne fait plus l’unanimité pour plusieurs raisons dont certaines ayant trait aux dépenses. Le Conseil d’administration, qui s’est réuni hier en fin d’après-midi, l’a démise de ses fonctions. Danielle Turner a intégré le Centre en février 2011 et son contrat devait prendre fin au début de l’année prochaine.
Philippe Fanchette, qui a confirmé la révocation de Danielle Turner ce matin au Mauricien, se dit quelque peu « attristé » par cette situation inattendue. L’ancienne directrice et le président du Centre Culturel Mandela sont de très grands amis et ils ont pris leurs fonctions à la même période. Dans l’entourage du Père Fanchette, on laisse entendre que celui-ci est très « affecté » par les événements de ces dernières semaines et qu’il n’aurait jamais imaginé qu’il allait signer la lettre de révocation de Danielle Turner. « C’est bien dommage que les choses en soient arrivées là », a déclaré ce matin au Mauricien le président du board.
Quelles sont les raisons qui ont motivé le board hier à mettre fin prématurément au contrat de l’ancienne directrice ? Philippe Fanchette souligne qu’il préfère attendre le rapport du comité qui examine les reproches adressés à l’ancienne directrice avant de faire des commentaires. « Tout ce que je peux dire c’est qu’il y a plusieurs éléments qui ont provoqué la situation actuelle. Laissons le comité faire son travail », ajoute-t-il.
Durant ces 19 derniers mois, Philippe Fanchette et Danielle Turner ont été de très proches collaborateurs concernant le fonctionnement de cet organisme, qui tombe sous la tutelle du ministère des Arts et de la Culture.