Pour marquer la Journée internationale Nelson Mandela, décrétée par les Nations Unies en 2009, le centre Nelson Mandela pour la culture africaine de La Tour Koenig, sous l’égide du ministère des Arts et de la Culture – et en collaboration avec la haute commission d’Afrique du Sud à Maurice –, organise une série d’activités aujourd’hui.
Le coup d’envoi de ces activités a été donné mercredi dernier lors d’une conférence de presse au siège du centre à La Tour Koenig et par la mise en terre d’une plante. On note aussi la participation active du collège Bhujoharry pour sensibiliser les jeunes aux valeurs portées par Nelson Mandela. Ils ont procédé à une distribution de matériels éducatifs à l’intention des enfants de l’école préprimaire La Capucine de La Tour Koenig ce même jour et, jeudi, ils avaient prévu un déjeuner à l’intention des résidents du foyer Trochetia, à Pointe-aux-Sables, qui accueille des personnes âgées.
Ce vendredi, Nomvuyo Nokwe, haut-commissaire de l’Afrique du Sud à Maurice, prévoit de rendre visite aux femmes de la prison de Beau- Bassin. Ainsi, elles devaient être 12 à faire le déplacement. Outre de partager un déjeuner avec ces femmes, elles aideront à préparer un jardin de fleurs, à leur demande. Lors de son intervention mercredi dernier, Mme Nokwe a souligné qu’après plusieurs sollicitations de femmes sud-africaines, prisonnières à Maurice, elle a fini par leur accorder le bénéficie du doute et d’accep- ter de les rencontrer, et que c’est suite à ces visites à la prison des femmes qu’elle a découvert « some humanity in them ». Au départ, dit-elle, elle était réticente car elle estimait que si elles avaient été incarcérées pour des délits de drogue, il y avait « une raison », d’autant que la loi mauricienne est très sévère en ce sens. Par la suite, elle a vu que, dans certains cas, elles se sont retrouvées dans des « unfortunate situations », parfois à cause d’un amoureux, et que ce sont des femmes humbles. Nomvuyo Nokwe a une pensée spéciale pour le commissaire des prisons, Jean Bruno, qui, selon elle, « went out of his way to bring the better of them ».
Elle estime que la prison est devenue un abri pour ces femmes et que la création d’un jardin « is very instrumental; it is a sort of uplifting the spiritual status and emulating what Mandela did ». Elle affirme : « Mandela said, the worse place to be is prison and having no connectivity with the outside world. This will give them a new life as well. »
Les membres de l’association African ladies holding hands ont également prévu de leur offrir des produits de soins de beauté. Demain, samedi 18 juillet, le centre Nelson Mandela offrira un déjeuner aux résidents du foyer St-Jean de Dieu, à Pamplemousses. L’occasion pour le centre de fêter l’anniversaire de M. Sullivan, né à la même date et la même année que Nelson Mandela. Un groupe de personnes du 3e âge engagées dans les danses de salon, notamment de la polka, animera le déjeuner.