Ils sont 127 réfugiés au centre social de Ste-Croix et  plus de 300 à celui de Cité La Cure à demander qu’on leur vienne en aide en leur apportant des repas chauds. Tous ont dû fuir leur maison suite aux inondations provoquées par Bansi. Sylvanna explique ainsi qu’au centre social de Cité La Cure, la plupart des familles sont des squatters du Crownland. Certaines viennent des rues Dumas, Marjolain, Jhullum ou encore Agra. Sylvanna explique ainsi que les eaux boueuses ont envahi son habitation, souillant la plupart de ses meubles et autres effets personnels. « On demande aux Mauriciens d’être solidaires avec les squatters. On demande aussi au gouvernement de nous trouver un logement où on pourra s’abriter des intempéries. Depuis ce matin, on n’a pas eu de repas et, comme nous n’avons pas les moyens financiers, on lance un appel à la solidarité des Mauriciens pour qu’ils nous viennent en aide. » Du côté du centre social de Ste-Croix, Colette, elle, explique qu’elle a un enfant asthmatique en bas âge. « Je l’ai mis près d’une fenêtre pour qu’il arrive à respirer. Et je lui donne ses médicaments, que j’ai reçus à l’hôpital.  Depuis samedi, je suis au centre social. Mais dimanche, le centre était fermé, alors je suis revenue lundi. Là, il y a actuellement quatre bébés. Ce qu’il nous faut avant tout, ce sont des repas chauds. Ensuite, il faut voir l’état de nos maisons et qu’on nous vienne en aide », dit-elle.