GÉRARD TADDEBOIS

Nous sommes, pour la grande majorité dans la frénésie du romantisme, avec l’avènement de la fête de la St-Valentin qui, à mon sens, devrait être une célébration de tous les jours. Hélas, plus les années s’écoulent, plus les prétextes prennent naissance pour une exploitation commerciale et subliminalement matérielle, faisant fi du vrai sens et de la magie de ces célébrations.

Pertinemment, Diane Dors nous rappelait qu’il « n’y a rien de plus précieux en ce monde que le sentiment d’exister pour quelqu’un » et l’incorrigible romantique que je suis a été subjugué par l’image de ces deux colombes. L’être d’émotion qu’humblement j’avoue être a amené mon imagination dans une valse d’émerveillements qu’il me fallait à tout prix évacuer et, dans ces moments-là, c’est bien ma plume, mon meilleur ami.

Comment peut-on décrire la magie ?

Pour moi, elle peut prendre différents habits, comme la prestidigitation dans la forme que nous la connaissons communément ou elle peut être sublimée par une émotion qui nous submerge de manière inexplicable et touchante. Ce portrait que je vous partage par exemple est pour moi une image parlante de magie et d’amour pur.

Je vois à travers ces colombes deux âmes sœurs qui ne peuvent vivre l’une sans l’autre. Du blanc immaculé de leurs plumages, elles symbolisent un amour qui est aussi pur que le ruisseau naissant dans les roches, aussi pur que la magnificence de la nature qui exalte sa douceur dans ce monde de reproches, d’où cette toile de fond gris pour le symboliser. Leur amour est aussi majestueux que l’immensité de l’univers tout entier, aussi majestueux que notre roi soleil radieux, qui nous réchauffe le cœur de ses rayons de beauté.

La première colombe semble dire à son compagnon, veux-tu prendre la route avec moi et que je fasse partie de tes lendemains ? Protège-moi, veille sur moi, surprends-moi, tiens-moi la main et surtout ne m’enlève jamais ton amour et ne trompe pas ma confiance. Je suis la flamme qui réchauffe ton cœur tout comme tu es celui qui me couvre de ta douceur. Je suis la lumière qui guide ton chemin tout comme tu es la lueur qui illumine ma vie. Ta confiance me porte, ton savoir m’assiste, ta considération m’apaise, ta présence rend possible l’impensable et ton esprit rend facile l’impossible. Notre amour est aussi frais que la gracieuse rosée du matin, aussi frais que ces perles de gaieté qui sur les fleurs se déposent en câlins.

Notre amour est un diamant inestimable béni des Dieux dont l’éclat doit être ravivé chaque jour sous peine de voir la poussière du temps voiler ses mille facettes et en faire disparaître son propre reflet. Je suis le feu ardent qui brûle au fond de toi, tout comme tu es l’étincelle romantique qui s’épanouit en moi. Tu as touché mon cœur, vole avec moi et écrivons ensemble le roman de notre vie pour ce bonheur qui nous est destiné.

Je suis certes un incorrigible romantique, je l’assume et suis certainement catégorisé comme naïf pour certains, mais je demeure de ceux qui sont convaincus que ce n’est pas ce qu’on vit qui détermine notre vie, mais ce qu’on en fait et comment on le perçoit et que NOUS AVONS TOUS CE POUVOIR DE CRÉER NOTRE PROPRE PARADIS.