Le leader de l’opposition a laissé entendre samedi qu’il compte faire une proposition concernant les efforts mauriciens en vue de permettre à Maurice d’exercer son droit de souveraineté sur les Chagos. Paul Bérenger n’a toutefois pas donné des détails de cette proposition qu’il a qualifiée de « nouvelle » tenant en compte des derniers développements sur ce dossier. Il compte transmettre ce message personnellement au PM sans qu’il y ait de « koz koze », a-t-il dit.
Commentant la mission du Premier ministre Navin Ramgoolam à Londres, le leader de l’opposition a affirmé samedi que sa PNQ de mardi dernier aura permis d’établir qu’« en quittant le pays pour Londres, Navin Ramgoolam n’avait pas de rendez-vous avec le Premier ministre britannique et encore moins pour discuter des Chagos ». De plus, a-t-il dit, cela a permis de savoir que le Premier ministre britannique David Cameron a demandé au Premier ministre mauricien de signer l’accord sur la piraterie à Malborough House à l’occasion d’un déjeuner donné par le Commonwealth pour le Jubilé de diamant de la Reine. « Ce qui est insultant non seulement pour lui (le PM), mais aussi pour l’île Maurice entière. »
Paul Bérenger a observé que dans le Guardian, Navin Ramgoolam a affirmé avoir eu des discussions cordiales avec son homologue britannique alors qu’au parlement il a annoncé qu’il y a eu un « understanding » entre les deux parties pour discuter de l’utilisation future de l’archipel des Chagos. Selon le leader de l’opposition, Navin Ramgoolam a fait savoir dans sa réponse parlementaire qu’il proposera maintenant un « prompt start afin que le processus de dialogue positif ait lieu au niveau ministériel ». De plus, a-t-il soutenu en ce qui concerne la base américaine, Navin Ramgoolam a été plus royaliste que le roi en insistant sur le fait que Maurice ne demande pas le démantèlement de la base de Diego. « Je lui ai dit que puisque Maurice n’est pas contre la base américaine, il devrait veiller à ce qu’aucun ministre ne fasse de déclaration publique ou n’émette de notes verbales en contradiction avec ce qu’il a dit comme cela avait été le cas dans le passé. »
Le leader de l’opposition a souligné que le Premier ministre a annoncé qu’il compte se rendre à Washington en vue de proposer au président Obama que Maurice, les États-Unis et la Grande-Bretagne se mettent ensemble et arrivent à un accord sur la souveraineté de Maurice sans porter préjudice à Diego Garcia comme base militaire.
Paul Bérenger a conclu ce chapitre en affirmant que ce qui s’est passé à Londres n’est pas glorieux et que ce ne sera « pas facile d’amener Londres à nous prendre au sérieux » ni de faire en sorte que Londres accepte des rencontres au niveau ministériel ni de faire en sorte que Londres et Washington acceptent le principe d’une rencontre à trois. Le leader de l’opposition a rappelé que les Anglais ont dans un communiqué affirmé qu’il y a eu une rencontre entre Navin Ramgoolam et un junior Minister et que le Premier ministre britannique s’est joint à eux mais que les conversations n’ont porté que sur la piraterie dans la région de l’océan Indien. « En tant que leader de l’opposition, je ferai en toute confidentialité des propositions précises à Navin Ramgoolam dans le but d’amener les États-Unis et la Grande-Bretagne à nous prendre au sérieux concernant le dossier de la souveraineté de Maurice sur les Chagos et le sort des Chagossiens. »