Les principaux animateurs du Groupe Réfugiés Chagos (GRC), dont le leader Olivier Bancoult, multiplient les initiatives en vue de pouvoir atteindre les 25 000 signatures pour que la pétition portant sur le droit de retour des Chagossiens dans leur archipel natal fasse partie des thèmes de la campagne présidentielle de Barack Obama aux États-Unis. Ils se disent conscients que la partie est serrée car le délai pour les 25 000 signatures expire le 4 avril. À ce matin, le compteur de la Maison-Blanche affichait 4 234 signatures.
Olivier Bancoult multiplie les déplacements dans les îles de l’océan Indien en vue d’accroître la mobilisation en faveur de cette pétition, considérée comme une chance unique pour porter le débat sur les droits inaliénables des Chagossiens avec leur déracinement il y a 50 ans déjà. Cette semaine, il effectuera un déplacement à Rodrigues et la semaine dernière, il était en tournée à l’île de la Réunion pour collecter des signatures.
À Maurice, l’évêque de Port-Louis, Mgr Maurice Piat, a donné un coup de pouce à l’initiative du GRC en faisant un appel à tous les chrétiens pour qu’ils apposent leurs signatures au bas de cette pétition sur le site internet de la Maison Blanche. Il a demandé que le réseau Caritas sur internet soit activé à cette fin.
Interrogé par Le Mauricien, ce matin, le leader du Groupe Réfugiés Chagos a confirmé que « nous redoublons d’efforts en vue de pouvoir réunir ces 25 000 signatures. Nous avons noté une nette sensibilisation à ce projet mais le principal obstacle demeure qu’une bonne majorité d’entre eux ne disposent pas d’E-Mail Account, rendant l’accès à la pétition pour la signature quasi impossible. Depuis récemment, nous avons pris des dispositions au centre des Réfugiés des Chagos pour que le nécessaire soit fait pour ceux qui ne disposent pas de compte E-Mail. Nous sommes reconnaissants envers le diocèse de Port-Louis pour son soutien ».