L’échéance de 2014 dans le cadre du renouvellement du bail des Chagos, qui expire en 2016, suscite de vives inquiétudes dans les milieux de ceux qui militent en faveur de la réunification du territoire mauricien avec un retour des Chagos sous la souveraineté et le contrôle de Maurice. Dans cette perspective, le Komite Diego, comprenant des animateurs de Lalit, de la Confédération Travayer Sekter Privé (CTSP), du Muvman Liberasyon Fam, du Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois et du Groupe Unitaire de Baie-du-Tombeau aussi bien que des individus, dénonce la timidité de la démarche du gouvernement dans les revendications sur le plan international. Ils craignent que cette timidité politique et diplomatique affichée par l’hôtel du gouvernement puisse prêter préjudice aux intérêts souverains de Maurice. Ils souhaitent voir un sursaut en prévision de l’étape de 2014 avec pour thème « ferm baz USA ! Bail Diego illégal ! »
« Pourquoi Maurice se doit d’agir dans la conjoncture ? L’économie des États-Unis est en ballottage défavorable et menace de s’écrouler. Cela dure depuis 2007. Les États-Unis sont un empire qui paraît en béton du point de vue militaire mais sa base économique est en argile, elle est déjà lézardée. Le gouvernement doit agir et c’est le moment pour nous de faire pression pour forcer les autorités à agir », soutiennent ces membres du Komite Diego, qui relance la mobilisation politique.
Justifiant cette démarche, le Komite Diego constate l’échec de la stratégie judiciaire avec la série de revers subi devant les différentes instances internationales. A cet effet, il préconise une série de propositions au gouvernement, dont l’intention d’organiser un voyage à bord du Mauritius Trochetia dans l’archipel des Chagos tout en regrettant le refus du GM de saisir la Cour internationale de La Haye avec la revendication de Maurice.
« Il est regrettable que jusqu’ici le gouvernement de Navin Ramgoolam ait refusé d’exercer l’option de la Cour internationale de La Haye en vue d’une opinion de cette instance internationale avec pour seule excuse que le ruling ne sera pas Binding. Où est le problème de Maurice ? Il ne fait pas de doute qu’un Pronouncement de la Cour internationale de Justice aura un effet très fort », fait comprendre le Komite Diego dans une première communication.
Dans la Roadmap au sujet de la revendication territoriale de Maurice, le Komite Diego préconise une initiative aux Nations unies en prévision de la prochaine assemblée générale de septembre prochain. « Navin Ramgoolam et Arvin Boolell doivent donner des instructions à Milan Meetarbhan pour obtenir l’inscription d’une résolution en faveur de Maurice, dénonçant l’occupation militaire des Américains et pour saisir la Cour internationale de La Haye à ce sujet. Une Advisory Opinion de la Cour internationale de Justice pèsera de tout son poids et acculera Washington et Londres sur la défensive. Cette démarche aura également pour conséquence d’exposer le complot anglo-américain », indique-t-on dans les milieux du Komite Diego.
En parallèle à cette résolution, Maurice dispose également de la possibilité d’agir sous le traité de Pelindaba interdisant la présence d’armes nucléaires sur le territoire africain. Pour le Komite Diego, le gouvernement doit réclamer une inspection générale sur la base militaire et nucléaire de Diego Garcia.
D’autre part, cinq organisations faisant partie du Komite Diego entretiennent un projet de voyage dans l’archipel des Chagos. Leurs représentants ont déjà écrit au ministre des Iles lointaines Hervé Aimée à ce sujet. A ce jour, le ministre de tutelle n’a daigné répondre à une demande sur les procédures à suivre pour la location du MV Trochetia. Ils demandent également au gouvernement de procéder à la mise sur pied du conseil régional des Chagos car la nouvelle Local Government Act reconnaît potentiellement une telle instance. « Nous nous demandons pourquoi le gouvernement de Navin Ramgoolam ne met pas à exécution ce conseil régional pour affirmer la souveraineté de Maurice sur cette partie du territoire ? » disent-ils.
Le Komite Diego estime qu’au lieu de concentrer ses efforts en vue d’accueillir un membre de la famille royale à l’occasion du Commonwealth Heads of Government Summit en 2015, le Premier ministre aurait dû solliciter le soutien du Commonwealth pour déloger les Américains et les Britanniques de cette partie du territoire mauricien.
En conclusion, le Komite Diego met en garde contre l’infiltration des Américains dans les différentes sphères à Maurice, y compris la presse, avec la présence même d’un ancien employé de la US central Command/Combined Joint Task Forcer, Horn of Africa. Les animateurs de ce comité dénoncent le financement par des Américains des ONG ou encore « la distribution des jouets par des soldats américains dans des écoles primaires, le patronage du concours d’élocution à Rodrigues ou de cours de leadership au ministère de la jeunesse ».
« Comme nous pouvons le constater, avec l’échéance de 2014, les Américains ne restent pas les bras croisés en vue de masquer leur vrai visage de militaire et d’occupant. Le gouvernement doit se réveiller pour créer les conditions en vue de mettre un terme à la colonisation et de réunifier le territoire de Maurice », conclut le Komite Diego.