(Photo d'archives) Pravind Jugnauth lors d'une conférence de presse au bureau du Premier ministre

« Quand j’ai entamé cette lutte, beaucoup de personnes croyaient que nous n’aurions pas de chance. Ena ti dir 10 vot pa pou gagne. J’ai eu raison de croire que les Anglais occupent les Chagos illégalement. Mo’nn fer saki bizin fer ».

C’est ce qu’a déclaré le ministre mentor, Anerood Jugnauth, en conférence de presse au Prime Minister’s Office ce lundi soir. Il a évoqué sa conviction à l’effet qu’il mène « à bon port » le « combat » pour le rattachement des Chagos à Maurice.

« J’ai toujours été convaincu que l’Angleterre avait (séparé) les Chagos de Maurice illégalement, contre les lois internationales et contre les résolutions des Nations unies. C’est pourquoi malgré les menaces de l’Angleterre et des Etats-Unis j’ai pris la résolution de mener ce combat, de passer par les Nations unies pour obtenir ce jugement ».

Le ministre mentor a déclaré sa conviction que « la lutte que j’ai emmenée était juste et que nous réclamons nos droits légitimes ».

Le ministre mentor ainsi que le Premier ministre ont remercié tous ceux qui leur ont apporté du soutien dans cette lutte, notamment l’équipe légale constituée de même que l’Union Africaine.

Le DPM Ivan Collendavelloo a, lui, rendu « un hommage appuyé au Premier ministre et à sir Anerood Jugnauth, qui a été infatigable dans cette grande lutte ». Il poursuit : « Nous avons eu une grande chance de vivre ce jour. Une page de l’histoire de Maurice, de la décolonisation de l’Afrique et du monde a été tournée ».

« Nous retenons l’ordonnance claire et ferme de la CIJ pour ordonner à l’Angleterre de se retirer des Chagos », a ajouté Ivan Collendavelloo. « Et comme l’ambassadeur de l’Union Africaine l’a dit après le jugement : ‘Today not tomorrow’. Le peuple a le droit de s’attendre à ce que ce jugement soit respecté ».