La demande d’une injonction des écologistes de la coalition Aret Kokin Nu Laplaz auprès de l’Environment & Land Use Appeal Tribunal, réclamant l’arrêt des travaux de construction du Chaland Resort Hotel, au Chaland/La Cambuse, par le groupe Currimjee Jeewanjee Ltd, a été appelée ce matin devant la vice-présidente de l’Environment and Land Use Appeal Tribunal.
Les hommes de loi des promoteurs du Chaland Hotel Limited du groupe Currimjee Jeewanjee Ltd ont signifié leur intention de résister à cette demande d’injonction des écologistes. Ils ont réclamé et obtenu du tribunal un délai d’une semaine pour déposer leur contre-affidavit pour répondre à l’affidavit des écologistes. Ce document avait été déposé le 27 octobre dernier devant l’Environment and Land Use Appeal Tribunal. Ils ont pris l’engagement de déposer leur contre-affidavit le 18 novembre prochain.
Dans leur affidavit, les écologistes de la coalition Aret Kokin Nu Laplaz ont soutenu en substance, en citant de manière exhaustive l’Environment Impact Assessment (EIA) Report soumis le 4 octobre 2012 par les promoteurs hôteliers, que le Chaland Resort Hotel sera construit juste sur des dunes qui datent de 7 500 ans et qui sont très vulnérables aux dommages et à la destruction, et qui peuvent impacter négativement sur le Blue-Bay Marine Park (BBMP).
« The coastal sand dune is the single most important natural feature of outstanding value and ecological significance on the site », reprennent-ils en citant l’appendice G de l’EIA Report (paragraphe 3,1 à la page 5).
Les écologistes estiment que la décision de permettre de construire ou non sur les dunes est le problème décisif que le tribunal aura à résoudre en appel. Ils soutiennent que la Licence EIA stipule spécifiquement que « all precautions shall be taken so as not to disrupt the beach and the surrounding ecosystems and the existing sand dunes ».
« Nous affirmons et croyons fermement que le projet de construction de cet hôtel va rompre, endommager, altérer, troubler, porter atteinte ou autrement changer la topographie de ces dunes de sable et/ou de ce système de dunes et par conséquent va violer les conditions imposées par leur EIA License, le Building and Land Use Permit (émis par le Conseil de district de Grand-Port) et la Lettre d’intention du ministère du Logement et des Terres », jurent les écologistes.
Pour soutenir leurs dires, les membres de la coalition AKNL citent de larges extraits de l’EIA Report et des dessins d’architectes du projet hôtelier. Ils réclament par conséquent l’arrêt des travaux.
Yan Hookoomsing, Hervé Sénèque, Soobash Hurree, Michel Chiffonne, Veena Dholah, Raheem Gopaul, Ian Jacob ont individuellement et collectivement logé cet appel pour la coalition AKNL. Ils sont représentés par l’avoué Me Didier Pursun et l’avocat Me Ashvin Ramdhian.