La mystérieuse disparition d’Avinesh Joydawoo (16 ans), habitant Chamouny, a été résolue hier avec les choquantes révélations de ses deux amis. En effet, ces derniers, âgés de 16 et 15 ans, ont avoué l’avoir abandonné dans un bassin à Chemin-Grenier. Il avait plongé mais n’est jamais remonté à la surface. Depuis que ce silence a été brisé, hier, soit six jours après la disparition, le Groupement d’Intervention de la Police Mauricienne a été déployé pour des opérations de recherche.
Les recoupements effectués dans le courant de la matinée indiquent que les recherches ont repris dès l’aube aujourd’hui après une première opération sans succès hier. Sur le coup de midi, les opérations enclenchées par les hommes du Groupement d’Intervention de la Police Mauricienne (GIPM) n’avaient donné aucun résultat probant. Les sources approchées par Le Mauricien avancent les pluies torrentielles de ces derniers jours rendent les recherches très complexes et qu’il n’est pas à écarter que le corps de la victime a été emporté sur une importante distance compte tenu du courant.
Le village de Chamouny, où habitent les protagonistes impliqués dans ce missing case, est sous le choc depuis hier avec les développements de l’enquête policière sous la responsabilité des limiers de la Criminal Investigation Division de Chemin-Grenier. Depuis lundi, les enquêteurs de la police tentent d’élucider cette étrange disparition du jeune Avinesh Joydawoo suite à une déposition formelle consignée par son père, Ravindranath Joydawoo, âgé de 51 ans et self-employed.
Dans un premier temps, hier, certaines zones d’ombre ont été éclaircies, les limiers étant parvenus à remonter la piste des deux adolescents, les derniers à avoir vu Avinesh Joydawoo de son vivant et en pleine possession de ses moyens. Ces deux jeunes devaient révéler aux enquêteurs que vers 8 h 45, samedi, ils ont organisé une sortie en compagnie d’Avinesh Joydawoo au Bassin Antoine à Chemin-Grenier pour une baignade et des plongées.
Le drame est survenu, ont-ils expliqué, quand après une série de plongées, Avinesh Joydawoo n’est pas remonté à la surface. Selon leurs versions des faits consignées, les deux ados ont affirmé que sur le coup ils ont été pris de peur et de panique. Ils ont alors décidé de fuir et d’abandonner leur ami. Ils prendront, toutefois, le soin d’emporter le téléphone portable de la victime, 100 Yen et une somme de Rs 5 000 qui se trouvait dans la poche de son pantalon. Les deux suspects ont été autorisés à rentrer chez eux après l’interrogatoire d’hier en attendant leur comparution devant le tribunal aujourd’hui.
Les recherches se poursuivent.