Après que le cover-up sur la disparition d’Avinesh Joydawoo (16 ans) a volé en éclat, le sentiment de colère et d’indignation s’est plus que jamais installé chez les Joydawoo à Chamouny. Les proches de la victime rejettent catégoriquement la thèse de la noyade dans le Bassin Antoine, qui serait survenue samedi dernier, comme l’ont affirmé les deux adolescents qui se trouvaient en compagnie du disparu. Pour leur part, les opérations de recherche du Groupement d’intervention de la police mauricienne (GIPM) n’ont pas abouti jusqu’ici.
Des membres de la famille Joydawoo privilégiaient clairement, hier soir, la thèse du Foul Play concernant l’enquête sur la mystérieuse disparition du jeune Avinesh, employé d’hôtel. « Si ou guet sa bassin-la ki kalite, ou pou per pou pik enn tet. An plis de sa, mo neve pas kone naze ditou ! » a affirmé au Mauricien Preety Joydawoo, bouleversée par les révélations jugées choquantes des deux amis du disparu dans la journée de jeudi.
Après avoir délibérément caché la disparition d’Avinesh Joydawoo durant six jours, les deux adolescents ont en effet avoué aux limiers de la Criminal Investigation Division de Chemin-Grenier que leur ami se serait noyé lors d’une baignade à Bassin Antoine dans la région de Chamouny. Selon eux, Avinesh Joydawoo ne serait pas remonté à la surface après plusieurs plongées. Interrogés quant au fait qu’ils n’ont pas signalé ce cas de noyade, les deux suspects ont affirmé avoir été pris de peur et de panique. Ils auraient alors pris la fuite en abandonnant Avinesh Joydawoo dans le bassin, non sans avoir auparavant emporté un téléphone portable ainsi que 100 Yen et Rs 5 000 qui se trouvaient dans la poche du pantalon du disparu.
Les proches du disparu relèvent toutefois plusieurs zones d’ombre compte tenu des versions des faits consignées par les deux adolescents, âgés de 15 et 16 ans et habitant également Chamouny. « Kan la polis ti al bassin zedi, so linz ti la mem ek ti ankor sek. Kouma kapav explik sa, sirtou avec sa bann gro la pli ki fine ena. So bann zafer ti bizin mouillé ek recouver avek labou e zot ti bizin mem fine balier avek sa pression delo la », soutient la tante de la victime, tout en manifestant sa colère.
L’indignation dans la famille est d’autant plus palpable que les deux ados, qui ont caché la disparition de leur ami, ont pratiquement passé toute la semaine en compagnie des proches pour aider à retrouver le jeune Avinesh. Selon les Joydawoo, c’est en tentant de changer les 100 Yen en roupies qu’ils ont attiré l’attention sur eux. L’entourage du disparu explique que cette somme d’argent, ainsi que les Rs 5 000, représentaient les pourboires qu’a obtenus Avinesh des clients de l’établissement hôtelier. « Pendan tou sa zour la, zot finn ress avek nou sans dir nanier. Fode zot fine ale dan enn laboutik pour sanze sa casse la kine decouvert zot », affirme Preety Joydawoo.
Depuis les révélations des deux ados – relâchés sur parole jeudi avant leur comparution en cour hier —, les proches de la victime vivent dans une véritable incertitude. D’autant que les recherches des plongeurs professionnels du GIPM n’avaient encore rien donné hier soir. Les opérations sont en effet des plus complexes au vu des pluies diluviennes qui se sont abattues sur l’île ces derniers jours.