Poste de Police de Plaine Magnien

Une retraitée âgée de 69 ans, résidant à Chamouny, et sa famille ont été victimes d’extorsion dans la soirée de samedi à dimanche. Une bande de malfrats n’a pas hésité à menacer les proches de la sexagénaire avec des sabres.

Dans sa version des faits, la plaignante a déclaré que ses proches et elle sortaient d’une fête familiale tôt dimanche matin et qu’ils sont montés à bord d’une fourgonnette pour rentrer chez eux. Au même moment, une voiture s’est arrêtée devant leur véhicule et un dénommé Mazout en est sorti, sabre en main. Ce dernier a alors lancé à la retraitée : « Si to pa donn mwa Rs 5 000, mo pou touy zot tou. » Se sentant en danger, le conducteur de la fourgonnette a démarré et déposé ses clients chez eux à School Lane. Mais Mazout les aurait suivis dans la voiture. Le suspect et un autre malfrat sont ensuite entrés chez la sexagénaire, où ils ont fait voler en éclats deux fenêtres, voulant absolument obtenir leur argent.

À un moment donné, Mazout a pris son sabre, qu’il a placé sous le cou de la belle-fi lle de la sexagénaire, et l’a cognée contre un mur. « Si zot pa donn mwa Rs 5 000 mo touy li », a hurlé le suspect. La retraitée a supplié les malfaiteurs de ne pas faire de mal à sa famille.

Par la suite, les deux intrus l’ont forcée à prendre place dans leur voiture avec son petit-fils et ils se sont rendus vers un guichet automatique à Chemin-Grenier. Le petit-fils a dû faire un retrait d’argent sur le compte de la sexagénaire, somme qu’il a ensuite remise à Mazout. Ce dernier les a déposés chez eux. Même si elle n’a subi aucune blessure, la sexagénaire a déclaré qu’elle avait été obligée de donner cet argent aux agresseurs car elle craignait pour la sécurité de sa famille. Elle a remis un reçu de ce retrait à la Criminal Investigation Division Sud comme pièce à conviction.

En se basant sur les informations fournies par les victimes, les enquêteurs ont appris que la voiture à bord de laquelle Mazout voyageait appartient à un habitant de Quatre-Bornes. La police a donné des instructions pour arrêter le propriétaire dans les plus brefs délais tandis que Mazout est également activement recherché. Les enquêteurs comptent solliciter l’aide de la banque pour visionner les caméras de surveillance du guichet automatique.