Le Nigeria, l’Afrique du Sud et Maurice se sont partagé les honneurs lors des championnats d’Afrique juniors qui se sont achevés samedi à Alger. Vainqueur surprise du Nigeria dans le tournoi par équipes, l’Afrique du Sud a accroché le titre individuel du double dames alors que le Nigeria s’est offert les titres les plus prestigieux des simples hommes et dames. Quant aux badistes mauriciens, ils se sont emparés de l’or du double hommes et double mixte.
Cette 11e édition du rendez-vous africain voit Maurice enrichir sa moisson, passant d’une à deux médailles d’or comparé à l’édition précédente tenue à Maurice en 2011 quand Kate Foo Kune avait enlevé l’or du simple dames, le bronze en double dames avec Aurélie Allet et en double mixte avec Aatish Lubah. Ce dernier avait enlevé le bronze du simple hommes toujours dans le tournoi individuel.
Cette fois, c’est l’argent qui a fait le bonheur de Lubah. Classé n°2, il a validé sa place en finale en venant de l’arrière pour battre l’Algérien Yousef Sabri Médel 19-21, 21-14, 21-17. L’Algérie a fait forte impression en terminant en tête de la poule A du tournoi par équipes devant Maurice. En finale face au Nigérian Habeeb Bello, non-classé du tableau, Lubah s’est incliné en trois sets, 21-15, 20-22, 16-21.
« Il aurait dû l’avoir gagnée en deux sets. Cette finale était la sienne. Mais il a fait des fautes au 2e set et quand le Nigérian a haussé le jeu dans le set décisif, il était déjà fatigué et a cédé », regrette le vice-président de l’Association mauricienne de badminton, Raj Gaya. Il avait assisté à la compétition et a participé à l’assemblée générale élective de la confédération africaine (Badminton Confederation of Africa) tenue le 15 avril à Alger où il a été maintenu au poste de secrétaire général.
En simple hommes toujours, Habeeb Bello mit fin au parcours de Julien Paul 21-19, 21-18 au 3e tour (8es de finale) tandis qu’après un bye d’entrée, Atul Kassee fut écarté au 2e tour 21-15, 21-15 par le Marocain Bilal El Harab. En simple dames, les Mauriciennes ont eu du mal à soutenir la comparaison face à des adversaires physiquement au-dessus.
Faiblesse athlétique des Mauriciennes
« Leur jeune âge et leur manque de maturité ont fait défaut, comparé à des Nigérianes, par exemple, qui sont nées avec des qualités athlétiques intrinsèques. Ça a toujours été la faiblesse de nos jeunes », concède Raj Gaya. Et c’est bien ce secteur qui devra être renforcé dès à présent pour le futur. Les Mauriciennes en action en simple dames n’ont pas pesé lourd. Shaama Sandooyea cédant au 2e tour 15-21, 9-21 face à la grande favorite, la Sud-Africaine Lee Ann de Wet, Reeya Dookhee chutant 18-21, 13-21 devant la Ghanéenne Stella Amasah, alors qu’Aurélie Allet a concédé deux sets 23-25, 12-21 à l’Égyptienne Safey Eldin.
En double hommes, le duo Lubah-Paul, classé n°2 du tableau, a été exact au rendez-vous, atteignant la finale et faisant subir une lourde défaite 21-13, 21-13 aux Égyptiens Abdel Rahman Abderhakim et Youssef Ashraf Ezz Eldin. Ces derniers ont été les bourreaux de la paire favorite du tableau composée des Sud-Africains Bongani Von Bodenstein et Michael Jennings battus en quarts de finale 21-14, 21-19.
En double mixte, la paire Aatish Lubah et Aurélie Allet (2) s’est bien reprise en finale après la perte du premier set 13-21 contre les Nigérians Dorcas Adesokan et Habeeb Bello. Ils ont égalisé en enlevant le set suivant 21-17 avant de faire la différence sur le même score dans la belle. En double dames, la paire Allet-Sandooyea a récolté le bronze après une élimination en demi-finales.
L’Afrique du Sud devait réussir à arracher le titre du double dames. Lee Ann de Wet et Anri Schoonees disposant en trois sets 13-21, 21-17, 21-15 des Nigérianes Dorcas Adesokan et Sanday Augastina. Ces dernières ont éliminé 21-19, 21-19 en demi-finales la paire mauricienne composée de Shaama Sandooyea-Aurélie Allet, classée n°2. Quant à la paire n°1 composée des Botswanaises Tessa Kabelo et Keora Petse Moatsha, elle prit le porte de sortie en quarts de final, tombant 9-21, 11-21 devant les Égyptiennes Mohamed Hany Doha et Toka Tarek El Wazeery.
Dans le tournoi par équipes, Maurice cède la deuxième marche du podium au Nigeria, absente de la précédente édition. « On ne parlera donc pas de recul », dira Raj Gaya. Mais sur l’ensemble du tournoi, il trouve que « le niveau est en hausse vu que toutes les finales ont été très accrochées. Mais notre faiblesse, c’est l’équipe féminine, battue en simple dames, double dames et double mixte dans le tournoi par équipes. Par contre, Paul et Lubah étaient un cran au-dessus de la moyenne », a conclu Raj Gaya.
En 2011, Maurice avait terminé sur la deuxième marche du podium derrière l’Afrique du Sud, mais devant l’Égypte et l’Algérie.