Un développement de taille est survenu cette semaine dans l’organisation des championnats d’Afrique l’année prochaine. En effet, l’Association mauricienne de tennis de table (AMTT) a obtenu l’aval du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) afin de tenir, en avril prochain, le rendez-vous continental au centre national à Beau-Bassin.
L’obtention des autorisations nécessaires marque la mise en mouvement d’une machinerie à plusieurs niveaux. Entre la constitution du comité organisateur et la mise sur pied des sous-comités, la tâche s’annonce herculéenne. « C’est le moment le plus important pour nous. Nous pouvons désormais enclencher les procédures auprès de la Fédération internationale de tennis de table (FITT) », note Rajessen Desscann, de l’AMTT. Ce dernier ajoute qu’il fera appel aux compétences d’un officier du MJS pour faire partie du comité organisateur.
En fait, les premières nominations devraient survenir dans les prochaines semaines, avec la désignation du directeur de la compétition, des Site Managers et des responsables des sous-comités. « C’est la première fois que Maurice accueille une étape du World Junior Circuit. Nous devrons donc mettre les bouchées doubles afin d’être à la hauteur des espérances », ajoute Rajessen Desscann.
Pourtant, le comité organisateur devra se pencher sur un cas bien précis, et pas des moindres. La réapparition du virus Ebola sur le continent africain force l’AMTT à se montrer vigilant. « C’est une chose sur laquelle nous nous penchons. Nous donnons les garanties que nous avons un plan B, mais si le virus devient de plus en plus menaçant et que Maurice se retrouve obligée de fermer ses frontières, nous n’aurons pas d’autre choix que de suivre la politique », avance Rajessen Desscann.
Bien évidemment, les gros moyens seront mis en oeuvre pour la compétition. Et qui dit gros moyens dit aussi gros budgets. La bonne nouvelle est venue dans le courant de la semaine, avec des réponses positives de plusieurs sponsors. « Nous avons contacté d’éventuels sponsors et tous se sont montrés enthousiastes. Il ne reste qu’à finaliser les différents accords ».
Pourtant, plusieurs aspects de la compétition doivent être vus. Les compétitions de ce genre demandent qu’une salle d’échauffement soit mise à la disposition des pongistes. L’AMTT fera donc une demande pour que le dojo qui se situe dans le même périmètre soit mis à sa disposition.
La sécurité sera un aspect tout aussi important de l’organisation. Et le comité veillera que les normes soient respectées à tous les niveaux. « L’alimentation, le transport et l’hébergement sont des dossiers assez sensibles. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que les joueurs bénéficient du meilleur traitement, d’autant que nous avons été à chaque fois bien accueillis lors de nos déplacements », poursuit Rajessen Desscann.
La tâche s’annonce dure, mais l’AMTT compte faire appel à tous les joueurs seniors. « Certains d’entre eux ont des compétences que nous pourrons utliser », conclut Rajessen Desscann.