Jonathan Bardottier (619)

Les championnats d’Afrique d’athlétisme ont concédé un faux départ hier à Abusa, Nigéria. Cette première journée de compétition a permis à seulement deux épreuves de se disputer, notamment les premiers tours du 100 m hommes et la finale du 10 000 m hommes. Il faut toutefois dire que ce chamboulemant n’a pas perturbé l’état d’esprit de Jonathan Bardottier qui s’est imposé à l’arrivée de la 6e série du 100 m en 10”56. Il se qualifie ainsi pour les demifinales prévues aujourd’hui . Par contre, c’est déjà fini pour Jean-Yann De Grace éjecté de la première série terminant 6e en 10”83.

Entrée en matière en demi-teinte donc pour le sprint mauricien dans ce sommet continental qui autrement devrait trouver sa vitesse de croisière aujourd’hui avec la tenue des épreuves qui n’ont pu avoir lieu hier. Mais cette journée risque de tirer en longueur étant combinée aux épreuves du jour. Toujours est-il que Jonathan Bardottier est le seul rescapé mauricien des séries du 100 m hommes et il occupe entre le 9e ou 10e meilleur temps qualificafif des séries, celle-ci étant dominées par le Sud-Africain Akani Simbini qui enregistre le temps le plus rapide en 10”30 devant les surprenants Riffayn Ambdoul Karim (10”48) des Comores et Mark Odhiambo (10”61) du Kenya.

C’est dire que les demi-finales s’annoncent rudes aujourd’hui. Cependant, le sprinter mauricien reste concentré sur son objectif qui est de realiser son temps le plus rapide. « Hier matin, j’ai eu un bon départ et je suis bien sorti. Malgré la foule qui grossissait dans les gradins, cela ne m’a pas mis la pression. J’étais confiant en une qualification, mais pas de pouvoir m’imposer. Et aujourd’hui j’irai chercher mon meilleur chrono. Mais le bonus sera d’entrer en finale», nous a-t-il confié. Il souligne également « le bon état d’esprit » qui anime le petit groupe d’athlètes mauriciens présents à Asaba. « Nous essayons autant que possible de nous soutenir les uns les autres. Le stade est rempli tous les jours. Et c’est assez inattendu. C’est peut-être en raison de la nouvelle piste synthétique qui est très rapide. » Le Seychelleois Dylan Sicobo, champion des Jeux de la Francophonie l’an dernier à Abidjan en 10”33, est passé lui aussi à la trappe en terminant 5e de la 4e série en 10”90.

Interrogé hier soir par RFI (Radio France Internationale) au sujet du chamboulement survenu dans le calendrier des compétitions, le président de l’Association mauricienne d’athlétisme, Vivian Gungaram, également vice-président de la CAA et responsable de l’organisation technique de l’événement, a expliqué que « certains vols vers Lagos n’ont pu décoller et les athlètes sont restés la-bàs. Les organisateurs ont fait de leur mieux pour les faire venir hier matin (mercredi). C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons modifié le programme du jour. Cela peut ternir effectivement l’image de l’organisation, mais nous avons trouvé une solution pour satisfaire tous le monde.»

L’organisation a subi également des critiques de la part des dirigeants dont l’entraîneur djiboutien, Said Darar Hassan qui a déploré « le manque d’eau dans les hôtels et l’absence du service médical. De plus, l’attente est longue, voire de plusieurs heures pour obtenir l’autobus pour se rendre au stade.»