Les trois fédérations handisportives visuelle, physique et sourd prendront part aux prochains championnats du monde d’athlétisme de l’International Paralympic Committee (IPC) à Londres du 14 au 23 du mois courant. La délégation mauricienne sera composée de six athlètes et de sept dirigeants et encadrants. Les éléments du club Magic de la Pysically Handicapped Persons Sports Federation (PHYSFED) et la Mentally Handicapped Persons Sports Federation (MHPSF) s’envolent ce samedi, alors que la Visually Handicapped Persons Sports Federation (VHPSF) et une autre partie de la PHYSFED mettront le cap sur Londres mardi. Le retour à Maurice est prévu le 24 juillet.
PHYSFED : travail de longue haleine
La PHYSFED sera la plus grosse délégation qui se rendra sur place. Les athlètes du club Magic, Noémie Alphonse (T54) et Anaïs Ageline (T37), seront accompagnées de leur entraîneur Jean-Marie Bhugeerathee, alors que Brandy Perrine (T54) sera encadrée par son entraîneur Maxwell Drack, et les encadrants Sanjay Bookhun et Véronique Marisson, secrétaire de la PHYSFED.
Cette dernière soutient que la préparation de Brandy Perrine s’est déroulée comme prévu. Cependant, elle appréhende un peu le fonctionnement de son fauteuil, qui avait connu quelques problèmes techniques lors de leur dernière participation au Grand Prix de Chine. « C’est un peu la raison pour laquelle Sanjay Bookhun nous accompagne afin de veiller à la mécanique du fauteuil. Quant à moi, je serai la team leader de la PHYSFED. Nous voulons que les athlètes se rapprochent le plus du podium », déclare Véronique Marisson.
Pour sa part, Jean-Marie Bhugeerathee se dit satisfait du soutien obtenu des sponsors. « Nous avons partagé des vidéos de nos sessions d’entraînement intensif sur Facebook afin que les gens puissent nous suivre et cela nous a aidés. Nos deux années d’entraînement ensemble ont porté du fruit car Noémie Alphonse et Anaïs Angeline y vont par qualification. Nous avons accentué sur le côté technique et les petits parcours », fait ressortir Jean Marie Bhugeerathee.
Les athlètes seront en action sur toutes les distances où elles se sont qualifiées avec des minima B : Brandy Perrine aux 100 m (18″09) et aux 200 m (33″67), Noémie Alphonse aux 100 m (18″17), aux 200 m (30″79), aux 400 m (61″89), aux 800 m (2’01″76) et aux 1500 m (3’51″44) et Anaïs Angeline aux 100 m (15″98) et aux 200 m (34″70).
MHPSF : l’expérience comme atout
La délégation de la MHPSF sera composée des athlètes Donovan Rabaye (T20) en masculin et Ashley Telvave (T20) en féminin, ainsi que de l’entraîneur Jean-Marie Bhugueerathee et de Hewlett Nelson comme responsable des filles. Les temps de qualification (minima B) des athlètes et les épreuves dans lesquelles ils seront engagés sont 53″01 pour Donovan Rabaye au 400 m et 2’15″01 au 800 m, et 2’51″31 pour Ashley Telvave au 800 m.
Le président de la fédération locale, Jean-Marie Malepa, se dit satisfait de la façon dont s’est déroulée la préparation en vue des mondiaux sur le plan physique et psychologique des athlètes. « Les athlètes ont eu une qualification directe. Le fait d’y aller dès samedi leur permettra de se familiariser avec le lieu et d’avoir des repères avant même la compétition. C’est un détail très important pour les athlètes mentaux », souligne Jean-Marie Malepa.
Ce dernier ajoute que pour une première participation aux mondiaux, ce serait déjà un succès qu’ils atteignent la finale. « Rien est impossible. Ils ont eu l’occasion de participer à trois Grand Prix, ceux de Dubaï, de France et de Suisse. Ils ont donc eu plusieurs expériences internationales et auront l’occasion d’appliquer tout ce qu’ils ont appris. »
VHPSF : les favoris États-Unis et Brésil
La délégation de la Visually Handicapped Persons Sports Federation (VHPSF) sera composée de l’athlète Rosario Marianne (T11) et de son accompagnateur de course Julian Anamoothoo, de l’entraîneur Jean Ian Permal et de la chef de mission Joanie Salmine. Rosario Marianne sera donc engagé au 200 m et probablement au 100 m. Le chrono, également minima B, qui lui a permis de se qualifier au 200 m est de 25″74. L’instance fédérale avait également fait une demande afin que Marianne puisse également courir les 100 m, mais aucune réponse ne leur a été communiquée jusqu’à présent. Son meilleur chrono réalisé lors du dernier Grand Prix de France cette année au 100 m est de 12″28, alors que les minima B pour Londres sont de 12″10 au 100 m.
« Nous nous sommes entraînés au rythme de quatre fois la semaine le matin. Nous voulons évidemment au moins atteindre la finale, chose qui ne sera pas facile. Les plus grosses pointures de la rencontre viendront des États-Unis et du Brésil. Nous ferons le maximum car au niveau africain, Rosario est déjà classé troisième », fait ressortir Jean Ian Permal. Ce dernier ajoute qu’il verra sur place si certains athlètes se désistent au 100 m afin de pouvoir faire participer son protégé.