La badiste mauricienne Kate Foo Kune participera au mois d’août à ses premiers championnats du monde prévus à Guanzhou en Chine. En sport-études depuis octobre dernier à l’Université de Leeds en Angleterre, elle a obtenu sa qualification alors qu’elle était passée n°1 africaine du simple dames entre la période du 1er au 25 avril 2013.
« Passer n°1 africaine me procure un grand sentiment de satisfaction. J’ai beaucoup travaillé pour y arriver, et ce n’est que le début dans ma carrière », s’est-elle réjouie. Les mondiaux auront lieu à Guanzhou et d’ici à l’échéance, elle fait ressortir qu’elle compte s’entraîner « sans relâche en Angleterre ainsi qu’en Malaisie. » « Comme mon année scolaire est terminée, c’est maintenant plus facile pour moi de me concentrer sur mon badminton. Je vais concentrer mes efforts sur l’entraînement et peut-être quelques tournois locaux. Pour cette année, j’ai joué pas mal de tournois, mais pas assez de séances d’entraînements. J’avais pris un petit break pour les révisions et j’ai repris la raquette dans la semaine du 6 mai. »
À Leeds, Kate Foo Kune s’entraîne avec deux coaches, en l’occurrence James Vincent et Harry Wright, qui sont aussi d’anciens joueurs. Comme sparring-partners, elle peut compter sur des joueurs de niveau national anglais ainsi que sur une Malaisienne « qui est vraiment douée. » Il fallait qu’elle occupe la place de n°1 africaine durant la période précitée pour s’assurer la qualification pour les mondiaux chinois.
Si elle a l’intention de rentrer à Maurice avant les championnats d’Afrique qui sont prévus du 12 au 19 août au centre national à Rose-Hill, elle espère tout de même effectuer auparavant un stage intensif en Malaisie pour mieux se préparer en vue de cette double échéance. D’autant qu’elle avoue que « l’objectif est d’aller le plus loin possible en Chine et ensuite remporter le titre à Maurice. » Elle bénéficie du soutien du Trust Fund for Excellence in Sports.
Depuis le 16 mai dernier, Kate Foo Kune est néanmoins repassée à la deuxième place au classement africain derrière l’autre Mauricienne Shama Aboobakar. Cette dernière occupait cette position depuis février et jusqu’à la première semaine d’avril 2013. Au 25 avril dernier, Kate Foo Kune était classée 153e mondiale et n°1 africaine du simple dames, devant Shama Aboobakar (164 e), l’Ougandaise Shamin Bangui (199e), l’Égyptienne Hadia Hosny (209e), la Nigériane Grace Gabriel (210e) et la Sud-Africaine Stacey Doubell (301e).
Mais à la dernière remise à jour effectuée le 16 mai dernier, le classement se lit comme suit : Aboobakar 167e, Foo Kune 175e, Bangi 200e, Hosny 210e, Gabriel 225e, Stacey Doubell (Af. Sud) 309e, Nadine Ashrag et Menna Eltanany (Egy) ex aequo 311e et Elme De Villiers (Af. Sud) 314e.
En décembre 2012, c’est la Nigériane Grace Gabriel, alors 136e mondiale, qui occupait la position de n°1 d’Afrique suivie d’Hosny 156e, Rajae Rochdy (Maroc) 167e, Aboobakar 181e et Foo Kune 189e, Kerry-Lee Harrington (Af. Sud) 194e, Bangi 209e, et Doubell 212e, entre autres.
Faisons quand même ressortir que le fait d’être n°1 africaine ne signifie pas que celle qui occupe ce rang peut remporter le titre africain aux championnats d’Afrique. Car le classement africain est établi à travers d’autres critères et ne refléte donc pas forcément le niveau réel des joueurs.
Classement africain du simple dames
 au 16 mai 2013