Double événement pour Fabrice Bauluck. Alors qu’il fête ses trente ans aujourd’hui, le tireur savoure depuis hier soir son deuxième sacre lors des championnats du monde de kick-boxing. Une consécration acquise au Syma Event and Congress Centre à Budapest en Hongrie, à l’issue de son succès en finale de la catégorie -54 kg aux dépens du Brésilien Rafael Spin. Il confirme ainsi son succès obtenu face à ce même adversaire lors de la finale de la dernière Coupe du Monde, également en Hongrie en juin dernier, et boucle ainsi sa saison 2017 invaincu.
Quatre ans après son premier sacre au Brésil et sa troisième place obtenue en 2015 en Serbie, Fabrice Bauluck revient sur le toit mondial. Juste récompense somme toute pour un tireur qui a consenti à des sacrifices et qui n’a cessé de monter en puissance au fil des mois. Pourtant, le fait de se retrouver de nouveau sur la plus haute marche du podium fut loin d’être une partie de plaisir. Le Kazakh Mikhail Ivachenko et l’Azéri Chingiz Ahmadzada s’étant révélés des adversaires coriaces lors des tours précédents, tandis que Rafael Spin avait abordé ce combat décisif avec une meilleure fraîcheur physique. Et ce, du fait qu’il avait remporté sa demi-finale par forfait. Malgré tous ces obstacles, Fabrice Bauluck a de nouveau prouvé qu’il demeure un artiste du ring et que sa place se trouve dans le panthéon du sport mauricien.
Même s’il partait avec un avantage psychologique lors de cette finale, le tireur mauricien devait afficher une certaine prudence face à un adversaire champion panaméricain en exercice et qui excelle dans quelques autres styles de combat, tels que le Mixed Martial Arts et la boxe anglaise. Reste qu’il se montrait plus offensif dès le début de l’engagement, alors que son adversaire misait sur des contres. En faisant preuve d’intelligence et en esquivant les assauts du Brésilien, Fabrice Bauluck remportait le premier round à l’unanimité des juges. La deuxième reprise était davantage en sa faveur, car Spin se retrouvait parfois acculé dans les cordes.
Ayant alors une mainmise sur le combat et voyant la victoire lui tendre les bras, Bauluck gérait de ce fait son avance. Reste qu’il s’accrochait beaucoup trop et que l’arbitre lui infligeait un point de pénalisation. Sans conséquence toutefois, même si Spin terminait fort le combat. Fabrice Bauluck avait déjà réalisé l’essentiel et se montrait mesuré à l’annonce du verdict et au moment de rejoindre son coin.
L’île Maurice sportive pourra ainsi offrir un nouvel accueil triomphal à un fils du sol talentueux et modeste à son retour au pays mardi en fin d’après-midi.