Aux championnats du monde de kick-boxing tenus au Brésil en 2013, Maurice avait fait sensation avec la consécration de Fabrice Bauluck et James Agathe, et les médailles d’argent décrochées par Burlan Simiss et Facson Perrine. Après une moisson bien moins fructueuse deux ans plus tard, avec rien que la médaille de bronze obtenue par Fabrice Bauluck, on rêve de nouveau d’exploit dans le camp mauricien. Du 6 au 12 novembre à Budapest en Hongrie, la course vers les podiums sera somme toute exaltante, avec de surcroît un nombre intéressant d’engagés dans les différentes catégories.
Si Bauluck et Agathe seront les porte-drapeaux mauriciens, il n’en demeure pas moins que Bryan Jameer, Boris Brissonnette et Jessica Jocelyn voudront également jouer leur carte à fond. D’autant que tous les atouts ont été mis de leur côté afin qu’ils puissent être à la hauteur des espoirs placés en eux lors de cette échéance qui devait au préalable se dérouler au Brésil. Les sorties face aux Réunionnais et Sud-Africains, la participation à la Coupe du Monde ou encore les World Games dans le cas de James Agathe leur ont permis de s’affûter et de mieux se situer, tout en se mettant en confiance. D’autant que Bryan Jameer et Jessica Jocelyn en seront à leur baptême du feu à un tel niveau de compétition.
Alors que le déplacement vers la capitale hongroise est prévu mardi prochain, Judex Jeannot affiche la satisfaction quant à l’état de forme de ses protégés. « Le programme d’entraînement, modifié en cours de route surtout sur l’aspect tactique, a été respecté. Les cinq tireurs ont beaucoup progressé et j’estime qu’ils se trouvent actuellement au summum de leur forme. » L’entraîneur national effectuera un dernier regroupement demain à Gros Cailloux, avec comme points forts du jogging et un briefing. « Il s’agira de gérer le poids, tout en travaillant le mental. Les tireurs devront être mis devant leurs responsabilités », explique-t-il.
D’ailleurs, la concurrence s’annonce des plus ardues en Hongrie, avec en première ligne les Russes et les tireurs des pays de l’Est. Toutefois, Judex Jeannot ne compte pas se focaliser uniquement sur ces tireurs. « Désormais, il faudra craindre tout le monde. Les combattants des pays de l’Ouest de l’Europe, les Iraniens, les Irakiens de même que les Sud-Américains ont accompli beaucoup de progrès. Les Moldaves avaient laissé une forte impression lors de la dernière Coupe du Monde, tandis que l’Inde présentera une forte délégation d’au moins 45 tireurs. Autant dire qu’il faudra être très forts afin de se retrouver sur le podium. » Reste que l’entraîneur national demeure convaincu que Fabrice Bauluck peut aspirer à une nouvelle consécration. Et ce, même si l’Azéri Chingiz Ahmadzada s’annonce comme un redoutable adversaire.
« Fabrice et James peuvent légitimement viser l’or. Surtout si ce dernier a retrouvé son niveau de mai dernier », insiste Judex Jeannot. Il demeure toutefois conscient que la partie sera plus délicate pour les trois autres tireurs. « Jessica et Bryan vont découvrir ce milieu et pourraient être victimes de la pression. Par contre, Boris possède des qualités, mais le mental demeure son point faible. Il ne doit pas se poser des questions. »
Quoi qu’il en soit, ce sera une équipe soudée et motivée à bloc qui tentera d’apporter au kick-boxing local d’autres moments d’allégresse. Il est à noter que la délégation sera conduite par Isabelle Jeannot, présidente de la fédération. En tant que membre de la commission féminine de la World Association of kick-boxing organisation (WAKO), elle participera à un séminaire organisé par cet organisme.