Les barreurs ont repris la compétition depuis la semaine dernière, dans le cadre des championnats de Maurice de laser 4.7 et optimist. Le plan d’eau de Grand-Baie accueillera les barreurs pour les prochaines journées, soit jusqu’en novembre prochain. Et dès la première journée, on retrouve Obarayan Brasse, favori incontesté en 4.7, et Hemsley Lim Sik Fan, en pole position en optimist.
Il a suffi d’une course pour que Brasse s’impose comme le patron du peloton. « Il a simplement confirmé ce qu’on pensait de lui », lance Mike Lafleur, l’entraîneur national. Mais attention, la pole position ne veut en aucun cas dire victoire finale. Derrière Brasse, on retrouve deux sérieux clients : Adrien Lacase et Tatiana Matthieu. « Les deux barreurs ont un certain potentiel. Ils doivent seulement essayer d’être un peu plus concentrés. »
Derrière le trio de tête, on retrouve deux autres barreurs capables d’affoler les leaders. Lionel Soupe, qui est passé du laser optimist au 4.7, et Nehaaz Rughony sont en embuscade. En effet, un seul point sépare les compétiteurs pour l’instant. « Et il leur faudra être attentifs au moindre changement pour espérer jouer les trouble-fête », analyse l’entraîneur.
Parallèlement, on retrouve les plus jeunes en optimist. Deux régates, qui ont viré à la bagarre entre Hemsley Lim Sik Fan et William Orange. Le premier nommé a pris la victoire dans la première manche. Ensuite, c’est Orange qui passe le premier au cours de la manche suivante. Résultat : égalité partout, avec trois points chacun. On retrouve à la troisième place Jean-Michel Laval, avec sept points (un podium et un accessit). « La lutte promet d’être âpre », avance Mike Lafleur. D’autant que les barreurs sont actuellement dans une dynamique de compétition, avec pas moins de trois séances d’entraînement par semaine.
Actuellement, l’encadrement technique de la Mauritius Yachting Association a mis sur pied une présélection, tout en axant la préparation des barreurs sur la Coupe de l’océan Indien. Un rendez-vous qui se tiendra en août prochain (9-18) à Grand-Baie. « D’ici peu, nous passerons de trois à quatre séances hebdomadaires. »
Les entraînements se passent selon trois axes spécifiques : l’endurance, la technique et l’adaptation. « Les barreurs sont sur la bonne voie. On peut donc espérer encore une marge de progression », poursuit l’entraîneur. Pour l’instant, la première journée n’a livré aucun enseignement capital, si ce n’est que les barreurs ont appliqué les consignes. « Nous sommes sur la bonne voie. Le travail se poursuivra, les barreurs seront prêts pour la compétition », promet Mike Lafleur. La prochaine manche se tiendra le 3 mai à Grand-Baie.