Photo@Liverpool

Coup double pour Liverpool: le tenant du titre de la Ligue des champions, bousculé pendant 45 minutes, a finalement fait respecter son statut mardi à Salzbourg (2-0), décrochant la qualification pour les huitièmes de finale et la première place de son groupe.

Un nul suffisait au club autrichien pour obtenir une accession historique aux huitièmes de finale de C1, mais après cette défaite il devra se contenter de la 3e place du groupe et d’un seizième de finale de Ligue Europa.

Pour la première fois de la saison en Ligue des champions, les Reds n’ont eux pas encaissé de but. Pas du genre à la jouer petit bras, ils ont en outre mis un point d’honneur à s’assurer l’avantage du terrain au match retour en huitième, associé à la perspective d’un adversaire moins relevé au tirage au sort lundi.

Les Reds avaient de quoi ne pas être tout à fait sereins, leurs statistiques étonnamment faibles à l’extérieur en phase de poules avant ce match – 2 victoires seulement sur les 11 derniers matches loin d’Anfield pour 6 défaites et 3 nuls – ne plaidant pas en leur faveur.

Leur fragilité défensive depuis le début de la saison, ajoutée à la puissance de feu des Autrichiens, non plus.

Le 4-4-2 en losange mis en place par Jesse Marsch, a permis au puissant Erling Braut Haaland et au rapide Hwang Hee-Chan, soutenus par Matsui Minamino de défier l’arrière-garde rouge et de presser à la perte du ballon.

Meilleur attaque de la poule, Salzbourg peut regretter de ne pas avoir concrétisé les quelques actions dangereuses de la première période où 9 tirs ont trouvé le cadre de part et d’autre.

N’hésitant pas à se transformer parfois en libero hors de sa surface pour dégager de longues ouvertures dans le dos de la défense, il a aussi été impérial sur sa ligne, s’interposant d’une main ferme lors d’un face-à-face avec Hwang dès la 7e minute, puis bloquant une frappe puissante de Haaland à la 24e.

Salah imprécis

Mais presque autant que le risque d’encaisser un but, c’est l’incapacité de Liverpool à marquer sur ses énormes occasions qui a fait monter la tension chez les supporters des Reds.

Mohamed Salah a fait preuve d’un manque de précision très inhabituel, frappant sur le gardien (5e), ratant le cadre après un décalage parfait de Sadio Mané (29e), envoyant dans le ciel une nouvelle offrande du Sénégalais (48e), ou n’arrivant pas à dribbler le gardien d’un crochet trop court, sur un caviar de Roberto Firmino (50e).

Le début de la seconde période a été plus dur pour les Salzbourgeois, sans doute psychologiquement atteint de voir que leur incroyable débauche d’énergie du premier acte n’avait pas porté ses fruits.

Et c’est encore de Mané qu’est venue l’action qui a définitivement fait basculer le match, conclue, comme un symbole, par un ancien de Salzbourg, Naby Keïta.

Le Sénégalais s’est infiltré sur la gauche de la surface, attirant le gardien de but adverse vers lui avant d’arriver à redresser la balle d’un centre piqué parfait, repris par Keita au prix d’une détente impressionnante (0-1, 57e).

Exactement 100 secondes plus tard, Salah a fait oublié tous ses ratés du match en dribblant le gardien sorti une nouvelle fois à l’aventure et en arrivant à glisser le ballon dans le petit filet opposé dans un angle improbable (0-2, 59e).

Non seulement le club de Liverpool n’a pas pris de but mais il a aussi clairement fait comprendre que s’il caracole en tête de Premier League, défendre son trophée en C1 sera aussi l’une de ses priorités.