Photo Wiki Commons

Vous avez certainement remarqué qu’il n’y a pas de longanes dans les points de vente de l’île en cette période de fin d’année. Ce fait rarissime trouve son origine dans les mauvaises conditions climatiques, qui ne favorisent pas la récolte de ce fruit juteux. C’est en tout cas ce qu’affirment les experts du Food and Agriculture Research Institute (FAREI).

Selon le CEO du FAREI, le Dr Soolavam Goolaub, une floraison précoce avait été notée en juillet et août derniers. « Mais du fait de l’hiver court et sec et de la vague de chaleur qui ont frappé l’île entre octobre et novembre, les floraisons n’ont pu tenir le coup. Il n’y aura donc pas de récolte cette année. À ma connaissance, c’est la première fois que cela arrive à Maurice », a-t-il indiqué.

La récolte annuelle de longanes à Maurice tourne généralement autour de 100 tonnes. Mais avec l’absence de ce fruit sur le marché cette année, les consommateurs pourront toujours se rabattre sur les litchis, dont la récolte 2019 est estimée à 1 500 à 2 000 tonnes, soit en baisse malgré tout par rapport à l’année dernière, où l’on avoisinait les 3 000 tonnes. Concernant le longane, vu qu’il n’y a pas de vergers de ce fruit chez nous, son absence représente cette année un manque à gagner considérable pour les arboriculteurs, ce fruit se vendant en effet normalement Rs 500 le kilo sur le marché local.

Pour Kreepalloo Sunghoon, porte-parole de la Small Planters Association, il est temps que les autorités songent à introduire de nouvelles variétés de longanes, comme c’est le cas à La Réunion. « Nous avons à faire à Maurice à une variété qui ne s’adapte pas au changement climatique. Il y a eu une fl oraison en juillet alors que cela n’aurait pas dû être le cas. Le peu de récolte qu’il y a eu par la suite a été dévasté par les chauves-souris », a-t-il déclaré.