Le Westin Turtle Bay Resort & Spa, à Balaclava, abrite depuis ce matin un atelier de travail pour valider les mesures d’adaptation côtière pour remédier aux impacts du changement climatique à Mon-Choisy et à Rivière-des-Galets. Alors que la plage de Mon-Choisy est sujette à une sérieuse érosion, le village de Rivière-des-Galets est pour sa part particulièrement vulnérable aux assauts des vagues des mers du Sud.
Selon les officiers du ministère de l’Environnement, des Urgences en cas de Catastrophes naturelles et de la Beach Authority, la plage de Mon-Choisy, située au nord-ouest du pays, perd entre un et deux mètres de large de sable tous les ans, rongée par un sérieux problème d’érosion côtière. Ce problème serait dû à une grande faille dans le fonctionnement des récifs coralliens et à la montée des eaux due au changement climatique. En raison de l’absence de structures de protection naturelle, comme une couverture corallienne par exemple, et avec l’ouverture grandissante dans la barrière de corail, la plage de Mon-Choisy est exposée aux assauts des vagues déferlantes des marées montantes. À Rivière-des-Galets, village du sud du pays, une bonne quarantaine de maisons sont périodiquement inondées à cause des marées de tempêtes. Une marée de tempête est une brusque montée des eaux de mer envahissant les terres suite à des vents forts associés à un cyclone s’approchant des côtes. Elles sont réputées pour leur force destructrice en termes d’infrastructures et de vies humaines. Ce site est également vulnérable aux vagues déferlantes des mers démontées du sud de l’océan Indien.
Pour remédier à ces problèmes, le ministère de l’Environnement a fait appel à l’expertise du consortium Indufor Oy, eCoast Ltd et Coastal Land and Marine Solutions (CLAMS) Ltd pour élaborer des mesures d’adaptation côtière. Le consortium a effectué une évaluation technique des deux sites. Cette évaluation comprenait un diagnostic de l’environnement océanique qui démontre la climatologie tropicale, le changement du climat, l’historique des travaux déjà effectués et les phénomènes atmosphériques extrêmes des deux sites. En outre, l’évaluation écologique côtière et marine comprenait une cartographie de l’habitat et une étude des changements s’y opérant. Une modélisation informatique hydrodimanique du littoral et du transport des sédiments a été faite par les consultants en tant que partie de l’évaluation technique. C’est donc suite à toutes ces études qu’a lieu depuis ce matin cet atelier de travail au Westin Turtle Bay Resort & Spa, Balaclava, durant lequel les options des mesures d’adaptation côtière à Mon-Choisy et à Rivière-des-Galets seront présentées et discutées par toutes les parties prenantes avant d’être validées.
« L’ultime objectif de cet atelier est de valider les options pour les mesures d’adaptation au changement climatique disponible aux habitants de Rivière-des-Galets et de Mon-Choisy que les consultants ont élaborées », précise une source au ministère de l’Environnement, rappelant par là que ce projet de mesures d’adaptation côtière fait partie du “Climate Change Adaptation Programme in the Coastal Zone of Mauritius” mis en oeuvre par le ministère de l’Environnement, grâce aux financements de l’Adaptation Fund (voir encadré). Ce programme vise « à rehausser la résilience des communautés et la subsistance dans les régions côtières de Maurice » à travers cinq projets spécifiques : le projet de mesures d’adaptation à Mon-Choisy, Rivière-des-Galets et Quatre-Soeurs, la mise en oeuvre d’un système d’alerte précoce aux marées de tempête, un projet de formation et d’augmentation des capacités des institutions et des parties prenantes, l’inclusion du changement climatique dans les projets, programmes et politiques du pays, et la dissémination et la gestion des connaissances concernant le changement climatique.