Dans le cadre des préparatifs en vue de la 21e Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP21), qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre, Maurice dévoilera jeudi, lors d’un atelier national à l’Intercontinental Resort Mauritius, Balaclava, sa « contribution nationale ». Le document doit énumérer les objectifs que se fixe l’État mauricien afin de réduire à 2% ses émissions en dioxyde de carbone d’ici l’horizon 2025.
Dans le cadre de ce projet, Maurice avait sollicité le soutien de la France pour rédiger sa « contribution nationale ». Le document, qui sera soumis à la 21e Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP21), qui se tiendra à Paris (France) du 30 novembre au 11 décembre 2015, énumère les objectifs que se fixe l’État mauricien afin de réduire ses émissions de dioxyde de carbone à 2% d’ici 2025. Le ministre de l’Environnement, Raj Dayal, et l’ambassadeur de France à Maurice, Laurent Garnier, avaient signé en juillet un protocole d’entente à cet effet. Le but de ce protocole est de définir les modalités de la collaboration entre le ministère de l’Environnement mauricien et Expertise France (voir encadré).
Un programme d’assistance technique, pourvu d’un financement à hauteur de 3,5 millions d’euros à travers l’Agence française de développement et Expertise France, a été mis en place par le gouvernement français dans le but de soutenir une vingtaine de pays en développement souhaitant être accompagnés dans la préparation de leurs contributions nationales à remettre à la COP21. Ainsi, les pays signataires de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changement Climatiques (CCNUCC), dont Maurice, sont appelés à soumettre leur « contribution nationale »  à travers une communication soulignant leurs engagements sur la période post-2020 afin d’atteindre l’objectif de la convention de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C. Une « contribution nationale », ou INDC (“Intended Nationally Determined Contributions”), est un document contenant les objectifs que se fixe un Etat pour réduire ses émissions de GES d’ici 2025.
Maurice est le 19e pays à avoir signé un protocole d’entente avec Expertise France, 18 assistances techniques étant déjà en cours. Quelque 80 experts nationaux et internationaux sont mobilisés dans le cadre de cette facilité que la France met à la disposition des pays participant à la COP21.
L’échéance pour la soumission de la contribution nationale de Maurice à la COP21 est le 1er octobre.