Si les résidents et les usagers se sont dits très incommodés par les dégâts causés par la perforation des conduits de tout à égout à Rose-Hill par les interminables fouilles effectuées par les ouvriers du chantier du Metro Express, les commerçants, eux, se disent grandement affectés par une situation qui fait du centre de cette ville un vrai repoussoir, ce qui impacte sur leur chiffre d’affaires, déjà à la peine depuis le début des travaux.

L’exposition de matières fécales à même la chaussée a eu raison des quelques téméraires qui avaient leurs habitudes et qui se rendaient dans certains commerces du centre-ville de Rose-Hill.

Très remontés, les commerçants dénoncent « l’amateurisme, la mauvaise planification et l’empressement du gouvernement à aller de l’avant avec un projet de cette envergure », de même que « le recrutement massif de travailleurs sans qualification et expérience, pour la plupart des activistes politiques », comme cela a été le cas au CEB et à la CWA. Avec la saison des pluies qui arrive, ils disent s’attendre au pire.