Un bac de 59 mètres pour le transport des personnes et des véhicules, c’est ce que vient de livrer le Chantier Naval de l’océan Indien (CNOI), société du Groupe IBL, au Conseil Général de Mayotte et à son Service des Transports Maritimes (STM). Cet « amphidrome » est le premier du genre construit à Maurice.
Mayotte est composée de deux îles principales Grande Terre et Petite Terre. Afin d’assurer la libre circulation des personnes et des biens, et de ce fait la continuité territoriale, deux bacs transbordeurs et deux amphidromes faisaient jusque-là la navette entre les deux îles. Pas moins de 4 millions de passagers furent ainsi transportés en 2013, sans compter les véhicules. Un troisième bateau s’avérait donc nécessaire afin de faire face à une augmentation du trafic. C’est donc dans cette optique que le Conseil Général de Mayotte et le Service de Transport Maritime (STM) lancèrent un appel d’offres international pour la construction de ce nouveau bac. CNOI devait le remporter, face à ses concurrents, en janvier 2013. La construction commença quatre mois plus tard, pour une durée de 14 mois.
« Cet amphidrome est le plus grand bateau qui ait jamais été construit à Maurice jusqu’à présent », explique Jean-Yves Ruellou, directeur général de CNOI. « Grâce aux investissements que nous avons faits dans un ascenseur à bateau en 2009, nous pouvons désormais construire au-delà des 40 mètres, ce qui était notre limite jusque-là. Nous avons néanmoins construit des bateaux tels que le patrouilleur Atsantsa, le bac Fiavota et bien d’autres encore, depuis 12 ans que nous existons… » Un amphidrome est un bac symétrique avec une porte aux deux extrémités, permettant ainsi aux passagers et aux véhicules d’entrer d’un côté et de sortir de l’autre. La propulsion est particulière car grâce à ses quatre moteurs Baudouin et ses quatre propulseurs Schottel de type « Pump jet » le bateau peut faire le va-et-vient entre deux points sans avoir à faire demi-tour. Le navire a été nommé Georges Nahouda, du nom de celui qui fut à l’origine de l’idée de faire de Mayotte un département français. Le bac peut emporter jusqu’à 233 passagers et 27 véhicules légers. De plus, le navire possède le label « cleanship » : l’huile hydraulique est biodégradable, les eaux noires peuvent être traitées et/ou conservées à bord, la carène est peinte avec une peinture silicone sans aucun composant nocif à l’environnement. Le Georges Nahouda est opérationnel à Mayotte depuis le 14 juin dernier.