Les moyens utilisés par les touristes pour procéder à la réservation de transport ont « changé drastiquement », a observé cette semaine le ministre du Tourisme, Anil Gayan.
« Dans l’ère digitale, tout le “business model” des réservations du transport a changé. Les touristes ont recours de plus en plus au “travel packages”, qui incluent le transport avec les tour-opérateurs en ligne. Se faisant, les tour-opérateurs ont tenu à offrir un grand éventail de produits », explique le ministre.
Anil Gayan est d’avis que tous les hôtels ayant une capacité de 50 chambres doivent disposer d’un comptoir spécial pour les taxis. Vingt-cinq hôtels l’ont déjà aménagé, 19 ont informé les autorités qu’ils sont satisfaits des dispositions prises avec les taxis ou ont indiqué qu’ils ne sont pas intéressés par un pareil système. Trente-six hôtels, selon le ministre, sont encore en négociations avec les opérateurs de taxis.
Anil Gayan a affirmé que la Tourism Authority lui a fait part des plaintes des responsables hôteliers contre les opérateurs de taxis concernant la mise en oeuvre du “desk”. « Les hôteliers se plaignent que les taxis vendent des excursions sur ledit comptoir, ce qui n’est pas en ligne avec l’esprit de la création du “taxi desk” », a-t-il relevé. Le ministre a en outre déploré la manifestation organisée par certains chauffeurs de taxi en dehors des hôtels et l’attitude « agressive » de certains, qui risquent « de ternir l’image de l’industrie touristique ». Leur réaction aura notamment découragé des membres de l’AHRIM à créer le “taxi desk”.
Les négociations entre la Tourism Authority, la NTA, le management des hôtels et les associations de taxi se poursuivent. Le ministre a toutefois attiré l’attention sur le fait qu’il a eu des réunions de travail « à tous les niveaux ». Des propositions ont été faites mais ont été rejetées par les opérateurs de taxi. Il a souhaité que, tenant en compte de l’évolution dans le domaine digital, les chauffeurs de taxi adoptent des technologies nouvelles et revoient leur mode d’opération.