L’une des principales retombées de la Special General Assembly de la Port-Louis Maritime Employees Association est la résolution d’une déposition à la police et d’une plainte formelle du Chairman de la Cargo Handling Corporation Dan Bhima à l’Independent Commission Against Corruption concernant le rapport d’audit interne sur des cas de passe-droits. S’opposant à toute forme de privatisation dans le port, les délégués syndicaux participeront le 10 mars à la marche pacifique pour une nouvelle République.
Le dernier rapport d’audit interne de la Cargo Handling Corporation (CHC) en date du 18 novembre est suivi de près par la Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA). Ce document faisait état de plusieurs observations accablantes avec une série de cas de passe-droits et favoritisme en faveur des certains employés : « Our findings reveal several weaknesses. Some cases are severe and have to be taken seriously. Other cases might not be so severe but, nevertheless, harbour the seeds of bad governance. »
Après examen du dossier, les dirigeants de la PLMEA estiment qu’il y a suffisamment de matières portant sur des délits criminels afin d’aller plus loin qu’un comité disciplinaire. L’une des décisions majeures adoptée hier est ainsi la requête formelle au Chairman de la CHC Dan Bhima et à son nouveau Officer in Charge – Managing Director Sanjay Paddia pour qu’ils portent plainte à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) et fassent une déposition à la police. Dans l’éventualité d’un refus, les syndicalistes consulteront leurs avocats en vue de décider de la marche à suivre.
A aussi été évoquée hier la première nomination à la CHC, soit la promotion de l’ancien Finance Manager Sanjay Paddia au poste d’Officer in Charge – Managing Director après les départs successifs d’Archimède Lecordier et de son adjoint Jacques Faustin. La PLMEA soutient par ailleurs que la deuxième vague de nomination d’autres cadres qui épauleront Sanjay Paddia dans sa tâche est imminente.
Les syndicalistes ont aussi réitéré leur opposition à tout projet de privatisation dans le port. Décision a été prise pour participer à la marche pacifique le samedi 10 mars, soit pratiquement à la veille du 44e anniversaire de l’Indépendance et des 20 ans de la République. Cette action est initiée par un consortium regroupant Rezistans ek Alternativ, Blok 104, MRU 2025, AWAKE (UoM), la General Workers Federation, le Syndicat des Pêcheurs et le Centre for Alternative Research and Studies (CARES) dans le cadre d’une nouvelle République. « Le port, qui est contrôlé par le secteur public, est un symbole de l’indépendance », soutient-on du côté du syndicat pour justifier sa participation à la marche.
Les délégués syndicaux ont également finalisé la liste des trois candidats – Alain Edouard (président de la PLMEA), Sada Kistnen et Parvez Korrimboccus – à l’élection du board de la CHC en mars. Il a aussi été décidé que s’ils sont élus, ils verseront leur allocation mensuelle de Rs 9 500 dans un fonds pour les travailleurs du port.
L’autre syndicat du port, la Port-Louis Harbour and Docks Workers Union (PLHDWU), a par ailleurs eu une séance de travail hier avec le ministre du Travail Shakeel Mohamed à Victoria House. Les consultations entre l’état-major du syndicat et le ministre se sont orientées sur trois points dans les conditions de travail en litige : la « personal pensionable allowance », le remboursement des heures supplémentaires et le « travelling ». Une nouvelle rencontre aurait été fixée prochainement entre M. Mohamed et la PLHDWU.