Cette situation fait actuellement grand bruit à la Cargo Handling Corporation. Plusieurs employés dénoncent les « privilèges » accordés à un cadre et secrétaire général d’un syndicat du secteur portuaire. Parmi : un bureau mis à sa disposition par le management.
Des employés de la Cargo Handling Corporation (CHC) contestent vivement les « privilèges » dont bénéficie ce cadre, qui occupe aussi les fonctions de secrétaire général au sein d’un syndicat, « adversaire » de la Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA). « Il y a une forte tension actuellement dans le port. Celle-ci découle d’une relation malsaine entre le management de la CHC et le secrétaire de ce syndicat », a avancé au Mauricien Ashok Subron, négociateur de la Port Louis Maritime Employees Association (PLMEA). « La tension est montée d’un cran la semaine dernière avec le refus du management d’enlever certains privilèges octroyés à ce cadre dans des conditions douteuses. Parmi ces avantages se trouve le bureau, qui a été mis à sa disposition ». Il invoque par ailleurs : « Plusieurs employés témoignent que c’est enn baz pou teroriz zot. »
Certains employés soutiennent que ce cadre, qui gère plusieurs entités de la CHC, abuserait de ces « avantages ». En début de la semaine dernière, le management a d’ailleurs pris la décision de fermer temporairement le bureau. La direction est toutefois revenue sur sa décision.
« Cette situation cause des tensions qui peuvent donner lieu à de gros problèmes et à une insécurité dans le port », explique Ashok Subron. Le cas a été porté au Prime Minister’s Office et au ministère du Travail. Malgré plusieurs réunions vendredi avec le ministère concerné, aucun dénouement n’a été noté.
La PLMEA devait animé aujourd’hui à 14 heures une conférence de presse pour évoquer ce problème. Des révélations sont à prévoir, laisse-t-on entendre dans ce contexte.