Le Mauritius Labour Congress (MLC) a tenu une conférence de presse hier à Port-Louis afin de faire part de ses observations sur entre autres la Cargo Handling Corporation, le permis à points et l’économie du pays. Le président du MLC Haniff Peerun craint une « tentative de cover-up » après l’enquête interne à la CHC.
Le Mauritius Labour Congress (MLC) a souligné hier à son siège à Port-Louis que les « turbulences économiques » au sein de la Cargo Handling Corporation (CHC) font partie de ses préoccupations. Avec des dettes totalisant Rs 2,5 milliards, il est temps de porter une attention particulière aux aspects qui font que la CHC est déficitaire, a affirmé le président du MLC, Haniff Peerun.
Concernant l’enquête interne visant à faire la lumière sur cette affaire, le MCL craint une « tentative de cover-up ». « Pa kapav ena enn sel dimounn responsab. Bizin pran sanksion kont bann lezot koupab », a martelé le principal intervenant. Haniff Peerun a également pointé du doigt les critères de rémunération des employés âgés de plus de 60 ans, mais toujours actifs au sein de la compagnie, par la State Insurance Company Of Mauritius (SICOM). Selon lui, « Ena omwin enn santenn anploye ki pe gagn lump sum an plis pansion vieyes ek lapey ».
Par ailleurs, s’agissant du permis à points, le MLC estime que cette nouvelle mesure apportée à la Road Traffic Act ne diminuera pas le nombre d’accidents mais provoquera un chaos social. « Ki pou ariv bann dimounn ki pe gagn zot lavi dan sekter transpor ? » Et avec la mesure de suspension du permis de conduire, ces derniers risquent de se retrouver au chômage, souligne Haniff Peerun. Le MLC a fait un appel au gouvernement pour que des décisions appropriées soient prises en ce sens, tout en tenant compte des répercussions de certains aspects de cette mesure sur la vie et l’avenir des Mauriciens. Selon notre interlocuteur, l’éducation et la prévention demeurent la clé en vue de faire baisser le nombre d’accidents de la route.
Abordant le volet de l’économie de Maurice, le MLC a demandé que les autorités instaurent une politique de contrôle des prix. Selon lui, le gouvernement devrait opter pour l’autosuffisance alimentaire afin de réduire les frais d’exportation en cette période difficile.
Concernant le Trade Union Trust Fund (TUTF), le MLC réclame que les différends sur ce dossier soient réglés afin que les syndicats puissent bénéficier de formations entre autres.
Haniff Peerun a également critiqué le rapport de l’Audit et demande au gouvernement de prendre des mesures correctives.
Par ailleurs, au vu du Decent Work Country Programme, le MLC dit apporter son soutien au gouvernement pour la signature de cet accord.