Vue des travaux du Metro Express à Chebel.

Selon une théorie, à la place du réservoir de La ferme, se trouvait un volcan ouvert dont les coulées de lave ont affecté la région côtière s’étendant de Pointe-aux-Sables à Flic-en-Flac

L’incident est survenu maintenant depuis une quinzaine de jours, mais jusqu’ici, malgré des craintes exprimées çà et là, le gouvernement a choisi de ne toujours pas communiquer pour expliquer l’origine et la nature du « gros trou » découvert sur le tracé du Metro Express à Chebel. On devra donc patienter encore en attendant la conclusion du rapport évoqué plus loin dans notre actualité commentée par le CEO Das Mootanah.

Une chose est toutefois certaine, la région de Chebel, où la défectuosité a été découverte, est définitivement géologiquement à haut risque. La dangerosité de son sous-sol serait-elle due à l’activité d’un ancien volcan qui se trouvait à l’emplacement actuel du réservoir La Ferme ?

Dans la carte no. 1 que nous reproduisons à partir d’un livre intitulé « Anciens volcans de l’île Maurice », l’auteur, France Du Pavillon, aujourd’hui décédé, un agronome de formation passionnée de géologie qui a beaucoup écrit également sur les montagnes du pays cite d’autres scientifiques qui ont vécu longtemps avant lui, dont Bory de St Vincent, et qui ont développé la théorie selon laquelle, à la place de La Ferme, il y avait un volcan. Bien que contestée, semble-t-il, dans certains milieux, la théorie apparaît pourtant tenir la route.

Carte tirée du livre de Du Pavillon démontrant que La Ferme était un volcan ouvert dont une coulée de lave passerait sous Chebel et Richelieu

Selon Bory de St Vincent, puis Du Pavillon, lors de la fameuse Dérive des continents, théorie chère à Wagener qui a été prouvée, l’île Maurice se serait, d’abord, retournée sur elle-même de façon que ce qui est aujourd’hui le Nord (Cap Malheureux et autres régions) se trouvait véritablement, il y a des millions d’années, dans le Sud (à la place de Souillac et autres). Ainsi, dans ce scénario, le volcan de La Ferme, situé dans un cirque fermé d’un côté par la Montagne du Corps de Garde et de l’autre, par la montagne Saint-Pierre se trouvait dans l’est de notre île au lieu d’être dans l’ouest.
Bory de St Vincent avait exploré la montagne du Corps de Garde puis avait observé que, selon lui, « du côté de la mer existe une espèce de vallée intérieure, boisée, qui a toute l’apparence d’un vaste et antique cratère détérioré, dont un côté aurait détérioré avec le temps ».

En s’appuyant sur des études d’autres scientifiques, dont Humboldt, France Du Pavillon, à, lui, affirmé que « ce que Bory n’avait pas compris, c’est que du côté du volcan de La Ferme qu’il dit déterioré, se trouvait, en fait, l’immense coulée de lave qui s’en allait vers la mer et dont l’extrémité terrestre est encore visible de nos jours dans les falaises qui bordent l’océan de la Pointe-aux-Sables à Flic-en-Flac. Le cirque volcanique de La Ferme, comprenant la montagne du Corps de Garde et celle de St Pierre a été formé par un grand volcan dont le cratère se trouvait, à peu près, là où existe maintenant le réservoir de La Ferme ».

La carte en question indique clairement qu’il y a eu une coulée de lave importante dans la région s’étendant du Corps de Garde à Pointe-aux-Sables en passant par Chebel et Richelieu. Qui dit coulée de lave, présuppose la présence de caves, cavernes, grottes, « gros trous », tubes et tunnels de laves. Il est donc fort probable que le tracé tracé du métro à Chebel passe sur un de ces reliefs géologiques. Il y a de quoi donc obtenir des assurances contre d’éventuels accidents à l’avenir.

Rassurons le gouvernement : l’objectif de cet article n’est nullement de faire quelque obstacle au projet Métro Express maintenant d’ailleurs trop avancé, encore moins de créer de la panique. Mais, il faut impérativement que la sécurité du tracé du métro à Chebel soit complètement garantie.