Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, juge que le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a été «très mal inspiré»d’avoir choisi d’inviter comme Chief Guest aux célébrations de la Fête nationale le PM de la Malaisie, «un paria aux yeux de la communauté internationale.» Rappelant qu’à ce jour, il n’y a pas eu de réciprocité de la part de la Malaisie en matière de représentation diplomatique à Port-Louis, le leader du MMM annonce qu’un éventuel gouvernement du Remake 2000 fermerait l’ambassade mauricienne à Kuala Lumpur et ouvrirait, parallèlement, une ambassade en Arabie Saoudite.
Pour Paul Bérenger, ce qui arrive à la Ring Road n’est qu’une répétition du «fiasco»au niveau du Bagatelle Dam. Il rappelle, dans ce dernier cas, que Rs 3,3 milliards ont été dépensées à ce stade pour ce grand chantier de captage d’eau et pour lequel il n’y a pas eu préalablement d’appel d’offres. Alors que, rappelle le leader de l’opposition, les travaux en cours pour la construction de ce réservoir ont dû être suspendus, il estime que dorénavant, le projet devrait coûter entre Rs 5 MD et Rs 6 MD si jamais il devait être poursuivi jusqu’à terme.
Dans le cas de la Ring Road, Paul Bérenger est d’avis qu’il faudra bien, à l’avenir, d’une «enquête complète» pour faire toute la lumière sur ce qu’il croit être la «spéculation foncière»qui pourrait bien avoir eu lieu dans la région concernée en lien avec ce projet. Le leader de l’opposition dit noter, de manière générale, que le ministre des Infrastructures routières, Anil Bachoo, n’évoque plus son «Road Decongestion Programme»qui prévoyait, entre autres, l’aménagement d’une Dream Bridgesur la région portuaire ainsi que d’un pont sur la Grande Rivière Nord Ouest (GRNO) pour relier l’autoroute à Beau-Bassin.«Navin Ramgoolam qui méprisait Anil Bachoo ne jure, dorénavant, que par lui!», note-t-il de même.
Dans le cas de l’affaire éclaboussant le DY Patil Medical College, là encore, le leader de l’opposition parle de «répétition»des affaires ayant mis en lumière d’autres «universités-bidon» sous l’administration ministérielle de Rajesh Jeetah dont la JSS Academy. Paul Bérenger note que, dans une déclaration de presse publiée, mercredi, le ministre de la Santé, Lormus Bundhoo a révélé que l’accord signé entre le ministère de la Santé et le DY Patil Medical College pour placer des élèves à l’hôpital de Rose-Belle remonte à 2009, soit, quand Rajesh Jeetah était ministre de la Santé. Pour lui, que ce soit au Commerce, à la Santé ou, comme maintenant, à l’Enseignement supérieur, Rajesh Jeetah aura été «une véritable catastrophe» comme ministre.
 
Malaisie: accusations de «gerrymandering»
Le leader de l’opposition juge, par ailleurs, le PM, Navin Ramgoolam, «très mal inspiré» d’avoir choisi d’inviter le PM de la Malaisie comme invité de marque aux célébrations du 46e anniversaire de l’Indépendance et du 22e anniversaire de la République, le 12 mars prochain. Il souligne, sous cerapport, que des voix se sont fait entendre pour dénoncer les conditions dans lesquelles furent organisées les élections législatives de l’an dernier dans ce pays, notamment des accusations de «gerrymandering.»
Si bien que, rappelle le leader du MMM, c’est avec seulement 47% des votes des électeurs malaisiens que le parti du PM est sorti vainqueur de ces élections, alors que le parti ayant recueilli plus de 50% des votes s’est retrouvé dans l’opposition. Rappelant que Maurice a, depuis longtemps, une représentation diplomatique en Malaisie, Paul Bérenger regrette, par ailleurs, qu’il n’y a pas eu réciprocité de la part de la Malaisie qui, à ce jour, n’a pas de représentation à Port-Louis. Alors que, dit-il, l’actuel gouvernement ne jure que par Singapour, le leader de l’opposition se demande ce que peuvent bien penser les Singapouriens qu’une mission diplomatique mauricienne dans leur région se trouve en Malaisie plutôt qu’à Singapour.
Cela dit, le leader du MMM annonce que le Remake 2000 s’engage «pour des raisons économiques» à fermer la mission diplomatique mauricienne présente en Malaisie et à ouvrir, parallèlement, une ambassade en Arabie Saoudite. Il annonce même que le choix de l’éventuel premier ambassadeur mauricien que l’alliance de l’opposition nommera dans ce pays, en cas de victoire électorale, est déjà fait en la personne du Dr Siddick Maudarbaccus, l’actuel représentant du Rabita (Muslim World League) à Maurice.
Paul Bérenger s’oppose, d’autre part, à la nomination du l’avocat Vimalen Reddi comme président du Conseil d’administration de l’Information and Communication Technologies Authority(ICTA) après la démission d’Alain Gordon-Gentil comme membre et de Trilock Dwarka comme président de cet organisme. Pour le leader de l’opposition, il est«inapproprié» de nommer un tel «jeune avocat sans expérience»à la tête d’un organisme comme l’ICTA qui est chargée de la réglementation dans le «secteur-clé» qu’est celui des Technologies de l’Information et de la Communication. Il allègue que le ministre de tutelle, Tassarajen Pillay, veut, par ce moyen, «tout manipuler.»
Le leader du MMM confirme, enfin, que c’est pour le samedi 22 mars que les délégués de quelque 500 branches régionales du MMM ont été convoqués pour assister à une nouvelle assemblée spéciale des délégués avec, à l’agenda, la reconfirmation du Remake 2000. Il laisse entendre que les discussions avec le MSM tant au niveau de la liste des candidats pour les prochaines élections générales que par rapport aux nominations à la tête de l’État en cas de victoire de même qu’en ce qui concerne le programme commun de gouvernement «progressent dans la bonne direction.»«Je ne prévois aucun problème tant pour la liste des candidats que par rapport à notre projet de réforme électorale qui reste, néanmoins, à être finalisé», assure-t-il.