C’est à une véritable hécatombe d’espèces marines que le Chili est confronté depuis quelque temps, en raison de la température de ses eaux, plus chaudes que d’ordinaire. Un désastre écologique qui, selon les experts, s’expliquerait probablement par le phénomène climatique El Niño.
Des saumons et sardines asphyxiés, un échouage massif de baleines : les plages chiliennes ont été ces derniers mois le théâtre d’un bien triste spectacle, sans doute dû au phénomène climatique El Niño, qui réchauffe la mer. Le premier signal d’alarme est venu l’an dernier quand plus de 330 baleines ont été retrouvées mortes dans un fjord isolé de la Patagonie, à l’extrême sud du pays.
L’épisode, qui pourrait être l’un des plus grands échouages de cétacés jamais constaté, a surpris la communauté scientifique internationale. Mais il n’est pas resté un incident isolé : début 2016, une prolifération anormale de micro-algues dans la région de Los Lagos (sud) a tué par asphyxie 40,000 tonnes de saumon, soit 12% de la production annuelle du pays, numéro deux mondial du secteur.
Quatre mois plus tard, 8,000 tonnes de sardines mortes ont été découvertes à l’embouchure du fleuve Queule, dans la région de La Araucania (sud). Et tout dernièrement encore, des dizaines de milliers de machas, coquillage typique du Chili, ont connu le même sort près de l’île de Chiloé, dans la région de Los Lagos, nouvel indice d’un océan perturbé.
Pour les autorités, le décès massif de machas est dû à la présence, dans cette zone, de la “marée rouge”, liée à la multiplication d’algues. Par précaution, elles ont interdit l’extraction de fruits de mer dans toute la région.