Lancé en 2010 par les autorités chinoises, le straddling bus est un concept de bus-tunnel électrique sur rails sous lequel les voitures peuvent circuler. Cet engin étonnant est présenté comme une alternative au métro. Il serait moins onéreux à déployer et permettrait d’éviter les embouteillages monstres qui paralysent les grandes villes du pays.
Un bus de ville capable de transporter jusqu’à 1.400 passagers en circulant non pas sur mais au-dessus de la route?? L’idée, que l’on pourrait croire tout droit sortie d’un récit de science-fiction, est sur le point de se concrétiser en Chine. Le straddling bus, que l’on peut traduire par «?bus chevauchant?» est un véhicule de transport en commun inédit. On peut le décrire comme un bus dont la largeur de 7,8 mètres occuperait l’équivalent de deux voies de circulation. L’engin est perché à 2,2 mètres et il roule sur des rails intégrés de part et d’autre de la chaussée. Un enjambeur géant en quelque sorte.
La largeur et la hauteur sont suffisantes pour que des voitures circulant sur deux voies parallèles puissent passer sous le bus, comme si elles traversaient un tunnel. Ce bus électrique à accordéon aura une vitesse maximale de 60 km/h. Une solwution moins onéreuse que la création de lignes de métro. En effet, selon Song Youzhou, l’ingénieur qui a imaginé ce bus du futur, son coût n’excéderait pas 15 % de celui d’un métro.
De plus, d’après lui, un straddling bus pourrait remplacer 40 bus classiques et ainsi réduire la consommation annuelle de carburant de 800 tonnes et les émissions de carbone de près de 2.500 tonnes. L’intérêt écologique semble évident alors que de nombreuses villes chinoises étouffent littéralement sous les émissions polluantes provoquées principalement par les industries et la circulation routière.