A couple wearing face masks kiss on an underground metro train as another passenger (R) is reflected on a platform glass door during a Lunar New Year of the Rat public holiday in Hong Kong on January 27, 2020, as a preventative measure following a coronavirus outbreak which began in the Chinese city of Wuhan. (Photo by Anthony WALLACE / AFP)

La ville chinoise de Wuhan (centre), berceau de l’épidémie de Covid-19, va lever le 8 avril ses restrictions aux déplacements après plus de deux mois de confinement, ont annoncé mardi les autorités locales.

Les habitants du reste de la province du Hubei pourront sortir des frontières provinciales dès ce mercredi 25 mars. Seuls les habitants sains pourront dans un premier temps se déplacer librement.

Cette zone peuplée de 56 millions d’habitants avait été placée en quarantaine fin janvier. Mais les restrictions sont progressivement levées depuis une visite en mars du président Xi Jinping.

Le nombre de nouveaux cas était extrêmement faible ces dernières semaines dans le Hubei. Même si une contamination supplémentaire a été rapportée mardi à Wuhan par le ministère de la Santé.

Les personnes souhaitant entrer ou sortir du Hubei ou de Wuhan pourront le faire aux dates prévues, sous réserve qu’ils présentent sur leur téléphone portable un code QR « vert ». Délivré par les autorités, il atteste de leur non-infection par le nouveau coronavirus.

Les écoles resteront pour l’instant fermées dans la province.

Au niveau national, la Chine a fait état mardi de 78 cas nouveaux cas de Covid-19, dont 74 qui sont le fait de personnes arrivant depuis l’étranger. Une tendance qui fait craindre une nouvelle vague de contagion dans le pays.

Sept décès ont par ailleurs été enregistrés, tous à Wuhan, selon le bilan officiel du ministère de la Santé.

Au total, 427 cas importés ont déjà été signalés en Chine. La quasi-totalité des nouvelles contaminations sur le sol chinois concerne désormais ces personnes de retour ou venant de l’étranger, alors que l’épidémie semblait sous contrôle dans le pays.

De nombreuses villes ont adopté des règles strictes pour mettre en quarantaine les nouveaux arrivants, comme Pékin.

Depuis lundi, tous les vols internationaux à destination de la capitale doivent au préalable faire escale dans un autre aéroport chinois où les passagers sont soumis à des examens médicaux.

Les autorités de Pékin ont annoncé mardi que toute personne arrivant dans la ville serait soumise à un test de dépistage biologique à partir de mercredi.

Avec plus de 80.000 cas et 3.277 décès officiellement recensés, la Chine est le second pays le plus endeuillé au monde par le nouveau coronavirus après l’Italie.

rox-bys/ehl/bar/phv