Les ministres Nando Bodha (Infrastructures publiques), Leela Devi Dookun (Éducation), Aurore Perraud (Égalité des genres) et Raj Dayal (Environnement) et la députée de Port-Louis Nord/Montagne-Longue Marie-Claire Monty ont visité hier la région de Chitrakoot, affectée par un glissement de terrain la veille.
Sur la base des renseignements qu’ils ont recueillis sur place des experts japonais de la JICA (Japan International Cooperation Agency), soit MM. Kuikawa Kensuke, Yokoo et Hara, les cinq représentants du gouvernement ont rassuré les membres de la PTA de l’école du gouvernement de Chitrakoot et les habitants présents durant leur visite. La situation reste sérieuse pour l’instant, mais la sécurité des élèves et du personnel de l’école n’est pas en danger.
Les ministres et la PPS ont été informés par l’équipe de la JICA que durant les fortes pluies de la nuit précédente, le sol avait accusé un mouvement de 3 mm en surface, selon l’extensomètre installé dans la cour de l’école. Ce mouvement a été plus prononcé dans une zone s’étendant de l’autre côté de la route passant devant l’école, soit 10 mm, provoquant des fissures dans six des 52 maisons. Le niveau d’alerte est, de ce fait, passé au N° 1 à l’école, et au N° 2 dans la zone de l’autre côté de la route.
Les représentants du gouvernement ont informé l’audience que le niveau d’alerte 1 indique qu’il n’y a pas de danger immédiat. Cependant, l’attention doit être de mise et il est fortement déconseillé de laisser les enfants rentrer seuls chez eux, les parents devant venir les récupérer à l’école.
Il leur a aussi été conseillé d’être sur le pied d’alerte lorsque le niveau 2 est atteint, et se tenir prêts à l’évacuation lorsque le niveau 3 est atteint. Les ministres Bodha et Dayal ont rassuré les parents et le public venu assister à leur visite que, pour l’instant, il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure. Les ministères concernés par les “counter-measures” et diverses tâches et responsabilités restent sur un pied d’alerte.
À Chitrakoot, selon le National Disaster Risk Reduction and Management Centre (NDRRMC) présidé par le ministre Dayal, 21 familles sont concernées par les glissements de terrain. Un drain de grande dimension a déjà été construit pour évacuer l’eau du catchment area de la zone forestière qui surplombe l’école et les habitations. En sus de l’extensomètre qui mesure les mouvements du sol, un pluviomètre et une sirène d’alarme ont été installés pour alerter tous les habitants en cas d’une aggravation de la situation. Lors du passage de Bansi, le NDRRMC avait attiré l’attention du public sur les trois zones à hauts risques que sont Chitrakoot, Vallée-Pitot et Quatre-Soeurs.
Pour rappel, Raj Dayal a également ordonné comme une urgente priorité des mesures pour stabiliser les flancs du ravin d’une rivière à Kewal-Nagar lors d’une visite des lieux le 14 janvier. Une maison à étage haut perché et surplombant ce ravin a perdu son mur de clôture, qui s’est effondré, et risque elle aussi à tout moment de finir au fond de la rivière. La JICA est également à l’oeuvre dans cette région.
Nando Bodha a invité les experts de la JICA à visiter avec lui l’autoroute Terre-Rouge/Verdun pour faire un constat concernant les fissures qui y sont apparues lors des récentes grosses pluies. Nando Bodha et Raj Dayal ont informé ces experts qu’ils entreprennent à partir de ce jour des démarches pour obtenir le renouvellement du contrat de la JICA pour continuer à travailler à Maurice dans les zones à risque de glissements de terrain.