Entre ses doigts, une ampoule allumée. Christopher Essoo est lighting designer, un magicien de la lumière qui envoûte à travers l’éclairage qu’il crée pour la scène, transportant le spectateur dans un monde d’émotions.
Donnez-lui une palette d’une multitude de couleurs, des pinceaux, une toile blanche et il vous peindrait exactement ce que vous n’attendez pas de lui. “Je n’ai gagné ni au Loto ni aux courses. Mais j’ai eu l’occasion de rencontrer des gens formidables qui m’ont accompagné dans mon parcours. Pour leur rendre hommage, j’aurais réalisé des portraits d’eux : mes parents, mes professeurs d’université, un ami réalisateur ki pa pou tro kontan si mo sit so nom. Voilà.” Et côté couleurs, s’il vous plaît ? “Ce serait du blanc et noir. Dans ces deux couleurs, on trouve tellement de variations que cela permet de donner une profondeur différente aux tableaux.”
Mais les portraits sur toile de Christopher Essoo ne sont pas pour demain : “Pou mo fer tablo, fale ki mo ti konn desine avan.” Son intérêt pour les arts et la culture en général lui aurait certes permis de disserter sur la peinture. Mais vous l’avez compris : nous ne l’avons pas rencontré pour cela. Sous ses airs de petit jeunot à la cool, il vous en dira beaucoup plus que vous ne l’imaginez si vous le laissez parler de couleurs, d’émotions et de lumières. Là, vous entrez en plein dans son monde…