À 59 ans, il a été sacré Best Artist dans la catégorie bhojpuri aux MBC Awards. Homme?au grand coeur, il est considéré comme une vedette de la chanson par son entourage. Celui qui a souhaité suivre les traces de son père semble avoir atteint ses objectifs. Deux albums solos?en poche, un troisième en route, une consécration… Chundrudeo Jeebodhun nage actuellement en plein bonheur.
À Petit Raffray, où il réside en compagnie de son épouse, Chundrudeo Jeebodhun, 59 ans,
est salué comme une vedette de la chanson depuis un peu plus de dix jours. À peine a-t-il franchi son portail pour nous accueillir que quelques voisins s’arrêtent pour le saluer et le
féliciter. D’autres, heureux de sa réussite, ne manquent pas l’occasion de l’encourager à
persévérer. Des réactions que Chundrudeo Jeebodhun, un tantinet timide, accueille avec
une certaine fi erté. “Mo leker kontan kan bann-la aret mwa pou felisit mwa. Mo pa ti konn sa
sansasion-la avan. Sa rann mwa ankor pli ere.”
MODESTIE.
Chundrudeo Jeebodhun avoue que sa vie a quelque peu changé depuis qu’il a été désigné
Best Artist aux MBC Awards.L’homme ne s’est toutefois pas départi de sa modestie. “Même
si les gens disent que je suis une star, je reste et resterai l’homme que j’ai toujours été. Je serai toujours gentil et viendrai toujours en aide aux autres.” Connu et apprécié dans la région pour être un homme très serviable, Chundrudeo Jeebodhun fait partie de ceux qui sont prêts à tout pour faire plaisir aux autres. Son frère, également présent, le confi rmera lorsqu’il lâchera,
d’un air innocent : “Toute sa vie, mon frère a agi pour le bien et le bonheur de sa famille.
Il a tout fait pour qu’elle ait une vie heureuse. Au détriment de son propre bonheur.”
CONSÉCRATION.
Lorsqu’on l’interroge sur le grand bonheur qu’il vit actuellement, Chundrudeo Jeebodhun
répond toujours, avec la même humilité, qu’il ne s’attendait pas à être sacré Best Artist dans la catégorie bhojpuri aux MBC Awards. “Je n’envisageais même pas d’être parmi les dix participants”, dit-il. Révélant que la compétition était très serrée, il confi e que sa consécration est une récompense de la vie. Car le chanteur dit avoir bossé sans relâche pour réaliser son album Bhojpuri Dhoom Machale, sur lequel fi gure Baar Se La Musar Ké Dhar, titre qui lui a permis de recevoir ce premier prix. Bhojpuri Dhoom Machale est le deuxième album publié par l’artiste en 35 ans de carrière. À ses débuts en 1976, Chundrudeo Jeebodhun s’amusait plutôt à faire des shows lors de fêtes culturelles hindoues (gamat). Emprunter le chemin de la chanson était pour lui une façon de suivre les traces de son père, joueur d’harmonium et de tabla pendant de nombreuses années. “Toute mon enfance a été bercée parles musiques en bhojpuri qu’il écoutait. Papa était un véritable passionné de musique. C’est tout naturellement que j’ai appris à jouer de l’harmonium et que je me suis lancé dans la chanson.”
SACRIFICES.
Souhaitant toutefois progresser dans le milieu, Chundrudeo Jeebodhun décide, peu de temps après, de suivre des cours de chant. Avec quelques amis, il formera un groupe de musiciens et participera à de petites compétitions régionales. Au cours desquelles il sera primé à plusieurs reprises. Des récompenses, dont des trophes, que le chanteur expose fi èrement dans son salon. “Ces prix racontent mon parcours musical”, lance-t-il, tout fier. Un cheminement qui a pris son envol en 2006, avec la sortie du premier album de Chundrudeo Jeebodhun, Anmol Moti, enregistré au Studio Rakesh. Une compilation a suivi en 2009, avant le deuxième album solo, Bhojpuri Dhoom Machale, en 2011. “Cet opus est le fruit de tous mes sacrifices. De tous les efforts que j’ai faits durant ces dernières années.” En attendant de se lancer très prochainement dans la réalisation de son troisième album solo, Chundrudeo Jeebodhun avoue qu’il s’amuse un peu dans des soirées karaoké, où il reprend régulièrement les morceaux de ses chanteurs
préférés, Kishore Kumar et Mohammed Rafi . Il se présentera probablement à d’autres concours de chant. “J’ai vraiment pris goût à ce genre de défi .”