Dénouement pour la quinzaine de fournisseurs de Court avec la garantie que trois institutions bancaires viendront à leur rescousse dans le sillage de la chute de l’empire Rawat. Trois « secured creditors », la Barclays Bank, la State Bank Of Mauritius et la Banques des Mascareignes, qui devraient obtenir quelque Rs 390 millions sur la vente de Courts, ont donné le feu vert aux administrateurs pour prélever Rs 44 millions sur ladite somme afin de rembourser ces PME. Ce développement est intervenu hier après-midi . Le Grand Argentier Vishnu Lutchmeenaraidoo devrait aussi à cette occasion brosser un tableau depuis l’écroulement de la BAI en avançant que « nous sommes dans une situation extrêmement complexe car jamais Maurice n’a fait face à une crise aussi grave que celle de la BAI ».
Leministre des Finances a fait comprendre que ces fabricants de meubles ont été entraînés dans la spirale de la chute de l’empire Rawat dans la mesure où ils ont vendu des produits à travers Courts avant la faillite de la BAI avant de se retrouver sans paiement par la suite. « Nous sommes dans une situation très triste car ces PME étaient des unsecured creditors et allaient perdre l’intégralité des ventes effectuées avec Courts. Nous devions trouver une solution car sans les PME, un État ne peut survivre. C’était impossible que l’État débourse Rs 44 millions de sa caisse pour faire ces paiements. Une telle décision allait entraîner une série de précédents car il n’y a pas que ces fournisseurs qui sont des unsecured creditors mais bien d’autres encore », a-til fait ressortir le ministre des Finances.
« Nous devons saluer ces trois banques, nommément Barclays Bank, State Bank of Mauritius et la Banque des Mascareignes. Ces institutions bancaires sont des secured creditors et avec la vente de courts elles seront remboursées en premier lieu. Nous avons fait un travail de diplomatie », affirme Vishnu Lutchmeenaraidoo. En principe ces trois banques devraient récupérer quelque Rs 390 millions sur la vente de Courts. Le gouvernement, représenté par les ministres Vishnu Lutchmeenaraidoo et Soomilduth Bholah, devait alors faire une requête auprès de ces secured creditors afin de donner le feu vert aux administrateurs pour déduire Rs 44 millions en vue de rembourser ces PME.
« J’ai été très surpris que ces trois banques aient immédiatement répondu positivement à cette demande. Ces trois banques ayant accepté de perdre Rs 44 millions, ces PME seront remboursées. Avec cette bonne décision nous apportons non seulement un soulagement mais nous permettons au secteur de redémarrer. C’est très important », a soutenu le ministre des Finances. Depuis l’éclatement du scandale BAI, dit Vishnu Lutchmeenaraidoo, le gouvernement a su gérer cette affaire qui aurait pu avoir des conséquences encore plus dévastatrices. « Nous sommes dans une situation extrêmement complexe car jamais Maurice n’a fait face à une crise aussi grave que celle de la BAI. Heureusement que nous avons pu gérer cette crise car celle-ci pouvait entraîner toute l’île Maurice. Bato coulé ! Après cette première phase de soulagement et garantie concernant les emplois, nous nous sommes maintenant retrouvés avec des situations dramatiques ».
De leur côté, les fournisseurs de Courts, qui pour la plupart avaient sollicité l’aide de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU), se disent satisfaits de la rencontre d’hier avec le ministre des Finances, le secrétaire financier Dev Manraj et les techniciens du ministère. Dans une déclaration au Mauricien, le porte-parole de la FTU, Atma Shanto, se réjouit que le combat mené par les fournisseurs ait porté ses fruits. « Nous avons livré une bataille en faveur des fournisseurs de Courts qui ont eu, depuis l’éclatement de l’affaire BAI et la chute de la Bramer Bank, le sentiment d’être restés à l’écart, prenant en considération les solutions trouvées par le gouvernement pour rembourser les clients du Super Cash Back gold. Ces PME se sont retrouvées dans un flou total, ne sachant comment à leur tour honorer leurs dettes vis-à-vis des institutions telles que la Mauritius Revenue Authority », dit-il.
Face au risque de licenciement de plusieurs centaines de personnes employées par ces PME et la situation difficile, les fournisseurs avaient décidé de manifester devant les bureaux du ministère des Services financiers et de la Bonne gouvernance hier après-midi. La manifestation a été reportée à la dernière minute suite à un appel du ministère des Finances pour une rencontre durant l’après-midi. Atma Shanto, qui se satisfait de ce dénouement, explique toutefois avoir une pensée spéciale pour les employés d’Apollo Bramwell, de Courts et d’Iframac qui « doivent continuer à mener la lutte ». Le syndicaliste dit suivre la situation de très près. En effet, les PME rencontrent aujourd’hui le Receiver Manager en vue de lui soumettre chacune leurs « proofs of claims ».