Un étranger, qui était en vacances en Maurice en 2015, avait fait une chute dans un restaurant en se rendant aux toilettes. Il avait perdu l’usage d’un oeil à la suite de cet incident et réclamait des dommages de Rs 10 M à Indigène Ltée. Sa demande a toutefois été rejetée par la juge Nirmala Devat.
Dans sa plainte, l’étranger indiquait qu’il déjeunait en compagnie de son épouse dans un restaurant au Morne lorsqu’il a eu besoin d’aller aux toilettes. C’est en empruntant un escalier étroit qu’il a glissé et a chuté. Il a subi des blessures sur plusieurs parties du corps et a perdu l’usage de son oeil droit. Selon lui, le lieu n’était pas assez éclairé et constituait un danger pour les clients. Il a soutenu que quelques jours après l’incident, il s’était rendu au restaurant en présence de policiers pour une reconstitution des faits. Il avait remarqué que la structure des escaliers où il avait chuté avait été altérée.
Le défendeur, pour sa part, a nié toute responsabilité, soutenant que l’étranger aurait dû prendre les précautions nécessaires en empruntant les escaliers.
Lors du procès, l’épouse de l’étranger a témoigné. Cette dernière a indiqué que, le 16 avril 2005, elle était au restaurant avec son époux, qui avait bu la moitié d’une pinte de bière au déjeuner. À un moment donné, son mari s’est absenté pour aller aux toilettes. C’est à ce moment qu’elle a entendu des cris et des personnes qui disaient qu’un homme avait fait une chute dans les escaliers. Elle a alors vu son mari, allongé au sol et hurlant de douleur. L’épouse a toutefois concédé qu’elle n’avait pas assisté à la chute de son mari et qu’elle n’en connaissait pas la raison.
Dans son arrêt, la juge a trouvé qu’il n’y avait pas de preuves concrètes pour démontrer que le restaurant était responsable de la chute de l’étranger en raison de structures inadéquates. Elle a aussi considéré le témoignage d’un inspecteur de police qui avait visité les lieux, indiquant que l’endroit était éclairé et qu’il y avait des mains courantes des deux côtés de l’escalier. « In my view, the mere fact that the plaintiff fell down the staircase cannot per se give rise to the defendant’s liability as there is no causal link between the plaintiff’s fall and the structure/state of the staircase », a conclu la juge. De ce fait, en raison de manque de preuves, elle a rejeté les réclamations de Rs 10 M de dommages de l’étranger.