Les 10es Jeux des Iles à Maurice en 2019. C’est désormais une éventualité qu’il faudra sérieusement envisager après que les nouvelles en provenance des Comores ne sont pas encourageantes. En effet, selon les informations de Week-End, le Conseil International des Jeux, dont la Charte lui donne le droit de l’attribution de l’organisation des JIOI, est en ébullition ces dernières semaines. Des correspondances ont commencé à être échangées sur la situation au Comores. Ceci après qu’un dirigeant sportif de La Réunion, en visite dans l’archipel et à qui la tâche de faire un constat de visu lui a été confirmée par le CIJ est revenu avec des nouvelles peu réjouissantes.
Selon les premières indications, il revient que depuis que le CIJ avait attribué officiellement l’organisation des 10es JIOI au Comores en octobre dernier à La Réunion,cela après que ce même CIOJ avait fait une visite d’inspection en juin dans l’île, peu de chose ont bougé. Pire, on laisse entendre que le terrain où la toute nouvelle piscine olympique devait être construite avec l’aide financière technique et structurelle de la Chine, est toujours en friche. Il va sans dire que le rapport sur l’état des lieux aux Comores n’aide pas ces derniers et ne convainc pas non plus le CIJ et son entourage.
Dans ces conditions, nos informations laissait comprendre que Maurice pourrait être appelée à la rescousse comme en 1999, lorsque Les Comores n’avaient pas pu honorer leur engagement pris en 1998 lors de la cérémonie de clôture  des 5es JIOI à La Réunion. L’histoire risque for bien de se répéter d’autant que nous apprenons que des contacts sur ce point précis ont été pris avec Maurice. Notamment avec le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo.
Ritoo: «trop tôt pour se prononcer»
Contacté, ce dernier ne dément pas le fait qu’il a été en contact avec le CIJ ces derniers jours. «mais je crois qu’il serait un peu trop tôt pour se prononcer», dira Devanand Ritoo. Toutefois, le président du CIJ, notre compatriote Philippe Hao Thyn Voon, a gardé un long silence lorsque Week-End a évoqué cette éventualité. «Malgré le fait que le CIJ avait accordé les 10es Jeux aux Comores, je n’avais pas caché mes inquiétudes.  Le CIJ a toujours fonctionné dans la solidarité, de ce fait, attendons l’évolution de la situation pour nous prononcer de façon définitive», dira Philippe Hao Thyn Voon à Week-End.
Toutefois, ce dossier pourrait bien connaître un coup d’accélérateur avec la visite à Maurice de Jean-François Beaulien, secrétaire général du CIJ et du COJI Réunion, en compagnie du président de ce dernier, Thierry Grimaud. Si de prime abord, les deux hommes viennent à Maurice le 15 et 16 juin pour une réunion de travail avec les fédérations engagées dans le programme des 9es JIOI avec la présentation des règlements généraux et techniques des Jeux. Il n’empêche qu’on prête l’intention au président du CIJ de rencontrer le ministre Ritoo en compagnie de son SG pour discuter des 10es JIOI.
En attendant, au moins une bonne nouvelle: le COM a annulé la nomination de Richard Papie au sein du Tribunal d’Arbitrage des Sports en raison du fait des conflits qui entourent ce dirigeant après des protestations du MJS. Réponse du berger à la bergère, le COM n’a pas vu d’un bon oeil le choix de MJS pour Thevarajen Poonamballum, homme de loi certes mais dirigeant connu dans le badminton. A sa place, nous apprenons que le MJS aurait fait une proposition à Roger Boodnah, ancien cadre de la cour suprême et qui a eu une riche carrière comme journaliste sportif. Notons que le Chef Juge a désigné le Magistrat Raj Seebaluck comme président de ce tribunal.
Notons par ailleurs que le COM a opté pour Nicol Ombrasine comme son nouveau secrétaire administratif. Si ce dernier a fait toute sa carrière au sein de la municipalité de BBRH, chef du département Bien-être Social de la municipalité de Beau-Bassin / Rose-Hill, il a cependant était aussi l’attaché de presse de Ram Valayden lorsque ce dernier était ministre de la Justice.